ENTRETIEN. Festival de Gérardmer : trois questions à Michel Hazanavicius, réalisateur culte

Il a réalisé des films cultes tels que The Artist ou OSS 117. Cette année, le réalisateur oscarisé Michel Hazanavicius co-préside, avec Bérénice Bejo, le jury principal de l’édition 2023 du festival international du film fantastique de Gérardmer. Cet amoureux fou du septième art nous parle de son film d’horreur culte, de ses peurs et du cinéma de genre.

“Bonjour François, bonjour Lorraine”, nous lâche en guise de salut à France 3 Lorraine, le réalisateur de la série de comédies OSS 117 et du film aux cinq Oscars, The Artist. Rendez-vous avec Michel Hazanavicius, le nouveau co-président du jury du festival international du film fantastique de Gérardmer (Vosges).

S’il ne fallait garder qu’un seul film d’horreur ?

Michel Hazanavicius : J’aime énormément de films, c’est impossible d’en choisir un seul mais là, spontanément, je dirais Shining de Stanley Kubrick. Évidemment, c’est l’un des plus grands réalisateurs de tous les temps. Il joue la carte du cinéma de genre, du film fantastique, et tout est réussi. De la rencontre avec les jeunes jumelles terrifiantes, à Jack (Nicholson) qui défonce la porte de la salle de bain armé d’une hache, en passant par le petit Danny qui parcourt les couloirs de l’hôtel sur son tricycle, toutes les scènes sont cultes et les images inoubliables.

Qu’est ce qui vous fait le plus peur ?

Michel Hazanavicius : J’ai rarement peur devant un film. Je ne sursaute pas forcément au moment où une personne ou un fantôme surgit derrière une porte en criant “Bouh”. Les films qui me font le plus d’effet sont les films d’horreur psychologiques, comme Shining justement. Les personnages forcés à faire des choses horribles, par exemple, ça me met très mal à l’aise et ça crée une ambiance très pesante.

Quelle place pour le cinéma de genre aujourd’hui ?

Michel Hazanavicius : C’est un cinéma qui prend de plus en plus d’ampleur et qui se renouvelle, les plateformes de streaming ont un peu changé la perception que le public a du film de genre. Les films d’horreur comme les films de zombies marchent bien, ça n’est plus seulement un cinéma de niche avec des budgets très serrés.

Adepte de la parodie, le réalisateur d'OSS 117 a lui-même fait son propre film de zombies. Sorti en salles en mai 2022, Coupez ! est la déclinaison française de Ne coupez pas !, un film japonais de Shinichiro Ueda, qui raconte le tournage d’un film de zombies à petit budget. La version gauloise propose un casting de choc, avec Romain Duris, Bérénice Bejo, l'épouse de Michel Hazanavicius et co-présidente du jury du festival de Gérardmer, ou encore Finnegan Oldfield, lui aussi membre du jury cette année.

“Le public du film fantastique de Gérardmer et du film de genre en général est un public bienveillant, très intéressé, il y a une très bonne ambiance”, conclut le cinéaste oscarisé. “Je serai le président de tous les Géromois”, promet enfin avec ironie le co-président du festival de Gérardmer 2023.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité