Vosges: Paula Botet, grand espoir du biathlon français, peut rêver des Jeux Olympiques

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yoann Rodier

La jeune Vosgienne Paula Botet vient de signer des débuts prometteurs en coupe du monde de biathlon. Ses performances pourraient lui valoir une place en équipe de France aux Jeux Olympiques de Pékin. Trente ans après sa maman Véronique Claudel.

Une saison de rêve. Moins de trois semaines après avoir intégré l'équipe de France A sur le circuit de la coupe du monde de biathlon, Paula Botet pourrait être sélectionnée pour les JO de Pékin (du 2 au 20 février) en tant que remplaçante. 

La composition de l'équipe de France féminine doit être dévoilée dans les jours qui viennent. Cinq des six places sont d'ores et déjà attribuées, mais la biathlète de la Bresse (Vosges) tient la corde pour obtenir le dernier ticket. Trente ans après sa maman Véronique Claudel, médaillée d'or avec le relais tricolore à Albertville en 1992, la Vosgienne de 21 ans pourrait donc goûter à son tour à l'effervescence olympique.

Cadeau de Noël

Cette sélection viendrait récompenser un superbe début de saison. Alignée en IBU Cup, la deuxième division mondiale, Paula Botet a signé quatre podiums entre novembre et décembre. Des performances qui lui ont valu d'être appelée à l'étage supérieur par le staff de l'équipe de France. 

"Je ne m’y attendais pas vraiment même si beaucoup de monde autour de moi m’en parlait. C’était un peu un cadeau de Noël! racontait la jeune femme à nos confrères de Vosges Matin. J’ai mis une semaine à réaliser ce qui m’arrivait. Je suis maintenant vraiment très contente et très heureuse de connaître ça".

Et Paula n'a pas manqué ses débuts. A Oberhof (Allemagne) du 5 au 9 janvier, elle a terminé à la 39ème place du sprint et de la poursuite, décrochant ainsi ses premiers points en coupe du monde. La semaine suivante, à Ruhpolding (Allemagne), elle s'est de nouveau classée par deux fois parmi les 50 meilleures mondiales.

Le biathlon dans le sang

"Alors qu'elle découvrait le très haut niveau et qu'elle aurait pu être impressionnée, elle a réussi à reproduire ce qu'elle faisait de bien en IBU Cup, analyse son papa, Yannick Botet qui a été un des premiers entraîneurs de Martin Fourcade à Font-Romeu (Pyrénées Orientales). C'est très encourageant, car elle a une belle marge de progression et qu'elle va forcément de mieux en mieux appréhender ce circuit qu'elle ne connaissait pas."

Une maman championne olympique, un papa entraîneur, le biathlon coule dans les veines de Paula Botet. Une discipline à laquelle la Vosgienne s'est essayée à l'âge de 10 ans avec le foyer de ski de fond de la Bresse. Après avoir intégré les sections sportives de la cité scolaire la Haie Griselle à Gerardmer, elle a poursuivi son ascension jusqu'en équipe de France jeunes.

"Elle n'a pas forcément eu une progression linéaire, il y a eu des périodes d'échecs et de doutes, mais elle est très persévérante et elle a toujours su se relancer pour trouver les solutions", résume Yannick Botet.

Dans les traces de sa maman

La Bressaude, qui est engagée dans une Licence Staps à l'Université de Grenoble (grâce à un dispositif adapté aux sportifs de haut niveau), affiche aujourd'hui des statistiques impressionnantes sur le pas de tir avec 93% de réussite face aux cibles.  

Paula avance dans les traces de sa maman, mais il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Durant sa carrière, Véronique Claudel a remporté deux médailles olympiques et deux médailles mondiales avec le relais français. Elle est également montée à quatre reprises sur un podium de coupe du monde.

Les JO, c'est le graal !

Yannick Botet, papa de Paula

" Si on nous avait dit au mois d'août, que Paula pourrait aller aux Jeux, on n'y aurait pas cru, assure son papa. Si elle y va, elle aura peu de chance d'être sur la piste, mais ça sera une formidable expérience et un bel enrichissement. Elle va voir ce qui se fait de mieux, les JO c'est le Graal !"

Ce voyage à Pékin pourrait aussi permettre à la Bressaude de désacraliser les Jeux pour aborder avec moins de pression ceux de 2026 en Italie. Quelle que soit la décision de la fédération, le principal objectif de Paula Botet cette saison reste les championnats du monde juniors qui auront lieu aux Etats-Unis fin février.

Avant cela, elle sera de nouveau alignée à la fin de cette semaine en coupe du monde à Antholz (Italie). Une étape de plus dans la cour des grandes.