• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Décès d'une femme à Armentières : l'hôpital écarte “a priori” la piste de la bactérie E.coli

Le Centre hospitalier d'Armentières où est décédée hier la femme de 48 ans. / © Google StreetView - novembre 2008
Le Centre hospitalier d'Armentières où est décédée hier la femme de 48 ans. / © Google StreetView - novembre 2008

Pour les médecins du Centre hospitalier d'Armentières, ce n'est pas la bactérie E.coli qui a tué la femme de 48 ans, décédée hier.

Par YF avec AFP

La piste de la bactérie E.coli évoquée vendredi dans le décès d'une femme de 48 ans à l'hôpital d'Armentières, qui fait l'objet d'une enquête, est "écartée pour l'instant", a annoncé à l'AFP l'hôpital. "A priori, ce n'est pas du tout une intoxication alimentaire, et ce n'est pas Escherichia coli qui serait en cause. Cette piste est écartée pour l'instant", a déclaré à l'AFP le service communication de l'hôpital, ajoutant que l'origine de la contamination restait inconnue.
 
Cette femme de 48 ans, hospitalisée depuis mercredi, souffrait de maux de ventre importants.  Elle "serait décédée d'une infection liée à une bactérie", dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué le procureur de la République à Dunkerque, Philippe Muller. "La bactérie E.coli a été évoquée mais mérite d'être vérifiée", note M. Muller dans un communiqué. 
Ce contenu n'est plus disponible
Selon l'Agence régionale de santé (ARS), les premiers résultats d'analyses ne devraient pas être connus avant le début de semaine prochaine. Le parquet a ordonné une autopsie qui doit avoir lieu lundi prochain, 17 décembre, et rappelle "qu'en l'état, aucune responsabilité de quiconque n'est apparue ou recherchée".

La femme décédée avait pris un repas en famille dimanche dans un fast-food de Bailleul (Nord), mais aucun autre cas d'intoxication n'a été relevé parmi ses proches présents au repas, selon le parquet. La chaîne dont dépend ce fast-food a affirmé ce vendredi à France 3 Nord Pas-de-Calais qu'une contamination par la bactérie E.coli sur les steaks était impossible, étant donné le mode de cuisson choisi. "Le mode de cuisson des steaks hachés employés dans ses restaurants permet une température minimum à coeur de 69°C garante de l’élimination de toutes bactéries", a-t-elle expliqué dans un communiqué. "Toutes les analyses du restaurant ne montrent aucune anomalie".

La femme décédée aurait également pris un repas seule lundi, à base d'aliments tirés de son réfrigérateur.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dimanche en politique - édition spéciale après la mort de Jacques Chirac

Les + Lus