Cet article date de plus de 8 ans

Affaire Cassez : des fonctionnaires mexicains inquiétés ?

La justice mexicaine enquête sur d'éventuelles irrégularités dans l'affaire Cassez. Après l'ochestration de son arrestation et un certain nombre de zones d'ombre durant l'instruction de son dossier, des fonctionnaires mexicains pourraient être inquiétés. 
Florence Cassez, et en arrière plan son avocat Maitre Berton.
Florence Cassez, et en arrière plan son avocat Maitre Berton. © AFP
Avec AFP

Le ministère public mexicain enquête sur un éventuel vice de procédure qu'aurait pu commettre un fonctionnaire au cours de la procédure judiciaire dans l'affaire Florence Cassez, libérée la semaine dernière par la Cour suprême, a indiqué mardi l'avocat général Jesus Murillo Karam. "Nous examinons quelles ont été les irrégularités qui auraient pu favoriser ceci, afin de déterminer si certaines  d'entre elles constituent un délit ou non", a déclaré Murillo Karam au cours d'une conférence de presse.


Mise en scène de l'arrestation de la française 


La Cour suprême a ordonné mercredi la libération de la Française emprisonnée pendant
plus de sept ans au Mexique et condamnée à 60 ans de prison
. Cette décision a été motivée par la violation de ses droits constitutionnels au moment de son arrestation, ainsi que par la mise en scène dans un montage télévisé de sa prétendue arrestation le 9 décembre 2005 dans un ranch au sud de Mexico, alors qu'elle était en détention depuis la veille dans un autre endroit.

© DR

"Un simulacre de procédure"


Murillo Karam a refusé de révéler le nombre des fonctionnaires qui seraient interrogés dans ce dossier, et a indiqué qu'il donnerait des détails lorsque le procureur général aurait réuni suffisamment d'éléments pour ouvrir une enquête préalable. Faisant valoir que le processus de révision en cours constituait une garantie pour tous les citoyens, l'avocat général a ajouté : "Il ne plaît à personne que quelqu'un que nous n'avons pu qualifier de coupable ou d'innocent puisse simplement échapper à la justice, et encore moins (...) que nous appliquions un simulacre de procédure pour le condamner."

L'arrestation de Florence Cassez en 2005 et le montage télévisé ont été orchestrés par Luis Cardenas Palomino, alors directeur du renseignement de l'Agence fédérale d'investigation (AFI) et main droite de Garcia Luna, ex-directeur de cette agence et ancien chef de la Sécurité du Mexique entre 2006 et 2012.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
florence cassez justice