• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Carnaval de Dunkerque : les Trois Joyeuses de Cô Boont'che

Cô Boont'che devient tambour-major de la bande de Dunkerque en mairie, en 2011 / © France TV
Cô Boont'che devient tambour-major de la bande de Dunkerque en mairie, en 2011 / © France TV

Les Trois Joyeuses, temps fort du carnaval de Dunkerque, débutent ce dimanche avec la bande des pêcheurs dont le tambour-major est Cô Boont'che depuis 2011. Nous avons voulu savoir quel était son rôle son emploi du temps et comment il vivait ce moment ?

Par Emmanuel Pall

En congé actuellement, Pascal Bonne, alias Cô Boont'che ne chôme pas. Très sollicité, il doit principalement veiller à ce que tout se déroule bien lors de la bande des pêcheurs, le défilé des carnavaleux dans les rues de Dunkerque avec ses chahuts, sa bande et son jet de harengs

C'est son rôle en tant que tambour-major de la bande. Ancien tambour pendant 27 ans, il fait maintenant avancer la bande (de joyeux lurons) en faisant jouer les fifres et propose un chahut en faisant jouer les cuivres. L'impératif, être à 17h00 place de l'hôtel de ville pour le jet de harengs. 

En primaire, à la maison de retraite, un carnaval pour tous


Mais son rôle est également social. Aujourd'hui, vendredi 8 février, il organise également le défilé des primaires (1.300 enfants), à 14h45 dans le centre-ville de Dunkerque. Auparavant avec l'équipe de la direction des animations, il était passé dans les écoles pour (ré)expliquer, les règles de solidarité de partage et de respect qui incarne le carnaval.

Exemple, en fin de bande cet après-midi, les scolaires participeront à un jet de petits pains au chocolat... "On leur explique que le dimanche c'est le jet de harengs, semblable, que 450 kg de harengs (soient 2.000 poissons) sont jetés depuis le balcon de l'hôtel de ville alors qu'il y a en bas sur la place 20.000 à 30.000 personnes. Il faut donc partager son hareng".

"Fête dans le respect de chacun"

"C'est une fête pour tous, dans le respect de chacun. De même nous aurons plaisir à aller le jour du mardi gras dans la maison de retraite "Ma maison"
à Rosendaël (un quartier de la ville). Les personnes âgées apprécient et ont droit à leur carnaval". 


Très demandé pour les chapelles, Cô Boont'che sait également qu'il passera lundi à la bande de la Citadelle qui fête ses 30 ans cette année.

Ou qu'il fera samedi soir le bal de l'Oncle Cô au Kursaal. "C'est le moment de détente avant le sérieux du lendemain... Je serai ce soir là non pas avec mon habit de tambour-major mais avec mon chapeau, mon boa et ma veste à paillettes (sourires). Ce sera mon petit beurt'che (bain de foule, participation à un chahut)".

Le lundi, sera aussi consacré à faire des chapelles à répondre aux nombreuses invitations, mais, "je garde une part d'improvisation, je n'aime pas programmer tout mon carnaval".

Mardi, bande de Rosendaël. Mercredi après-midi, bal enfantin au Kursaal de Dunkerque. Bref, gros programme quand même... Enfin, quand on lui demande comment il vit ces Trois Joyeuses et son rôle, Cô Boont'che répond d'abord que c'est une "grande fierté", un rôle qu'il joue avec "sérieux et le plus grand plaisir". 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus