• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Quand Pierre Mauroy ne voulait pas du Grand Stade...

En avril 2001, Pierre Mauroy déclarait son opposition au projet de Grand Stade. / © France 3 Nord Pas-de-Calais
En avril 2001, Pierre Mauroy déclarait son opposition au projet de Grand Stade. / © France 3 Nord Pas-de-Calais

"Il n'est pas question de se lancer dans un Grand Stade". Ainsi parlait Pierre Mauroy en avril 2001, alors qu'il venait de quitter la mairie de Lille et présidait la communauté urbaine. Douze ans plus tard, ce Grand Stade dont il ne voulait pas va porter son nom.

Par Yann Fossurier

Pierre Mauroy n'a jamais été un grand fan de foot et encore moins un partisan de la construction d'un Grand Stade dans la métropole lilloise. Nous avons retrouvé dans nos archives une interview qu'il nous avait accordée en avril 2001 à ce sujet. Pierre Mauroy venait de céder les rênes de la mairie de Lille à Martine Auby et présidait encore Lille Métropole Communauté Urbaine. Il se déclarait alors hostile au projet.

Pierre Mauroy à propos du Grand Stade en 2001

"A plusieurs reprises, on m'a questionné et je dis : il n'est pas question de se lancer comme ça dans un Grand Stade", assurait-il. "600 millions (de francs à l'époque)... on a fait le métro, on continue à le payer. Alors au moment où il va y avoir une décrue de notre endettement, se lancer tout de suite dans une construction de 600 millions et peut-être davantage, alors que nous avons Grimonprez-Jooris, un bijou de stade de 34 000 spectateurs que nous pouvons faire pour 200 millions...".  

Le LOSC aura un grand stade quand ce sera un grand club   

Du temps de Grimonprez-Jooris, Pierre Mauroy disait que le LOSC aurait un Grand Stade "quand ce sera un grand club". Sa volonté - et celle de Martine Aubry- a  toujours été de construire un stade Grimonprez II plus modeste. La justice l'a empêché, l'ancien stade du LOSC étant situé tout près de la citadelle Vauban, classée monument historique. Le Grand Stade était donc est un 2ème choix.

Au moment du vote de l'opérateur, on se souvient également aussi que Pierre Mauroy s'était rallié presque contre son gré au projet Eiffage. Le projet Norpac, beaucoup moins cher, lui semblait plus raisonnable pour les finances communautaires. Difficile aujourd'hui d'affirmer que le Grand Stade de Lille était son bébé. Bien moins en tout cas qu'Euralille ou le TGV...

A lire aussi

Sur le même sujet

Le filmeur du dimanche

Les + Lus