RC Lens : les salaires n'ont pas été payés en juin mais rien d'inquiétant selon Luc Dayan

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yann Fossurier
Pour le président du RC Lens Luc Dayan, le non-versement des salaires est "classique" au cours d'un processus de vente.
Pour le président du RC Lens Luc Dayan, le non-versement des salaires est "classique" au cours d'un processus de vente. © MaxPPP

Alors que la DNCG s'apprête à statuer mardi sur le maintien ou non du RC Lens en Ligue 2, La Voix du Nord révèle que les salaires n'ont pas été honorés en juin par le Crédit Agricole Nord de France. "Classique dans un processus de vente", explique le président Luc Dayan.

L'information a du donner encore quelques sueurs froides aux supporters lensois. Alors que la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG), le gendarme financier du foot français, s'apprête à statuer ce mardi sur le maintien des Sang et Or en Ligue 2, nos confrères de La Voix du Nord ont révélé ce midi que les salaires du mois de juin n'avaient pas été honorés par le Crédit Agricole Nord de France. Ce dernier est encore pour quelques jours l'actionnaire majoritaire du RC Lens, en attendant que le rachat du club par Gervais Martel et son associé azerbaïdjanais Hafiz Mammadov soit définitivement validé.

On est dans un rythme normal.

Joint par téléphone, le président Luc Dayan, chargé de la vente par le Crédit Agricole, nous a confirmé que les salaires du mois de juin n'avaient pas été encore versés. "Mais aucun salarié ne s'inquiète", nous assure-t-il. "C'est classique dans un processus de vente. On est dans un rythme normal. D'ailleurs, il n'y a pas que les salaires qui n'ont pas été payés... ce qui m'inquiéterait plus c'est que la DNCG ne réintègre pas Lens en Ligue 2". 

Cette vente est étroitement liée à la décision que prendra demain la DNCG. Pour le moment, elle a rétrogradé le RC Lens en National (3e division) en attendant que l'associé azerbaïdjanais de Gervais Martel fournisse un dernier document bancaire. "Il s'agit d'une attestation de provenance de fonds", explique Luc Dayan. "Comme la personne est en Azerbaïdjan, une banque européenne doit garantir qu'elle travaille avec lui et que ses fonds sont propres".

La semaine dernière, un contrat de vente a été signé entre les anciens et futurs actionnaires majoritaires. Mais sa validité dépendra de ces mêmes garanties bancaires. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.