Une association d'aide aux personnes dépendantes ferme, les usagers délaissés brièvement

Les employés d'une association d'aide et d'accompagnement à domicile dont le siège se trouve dans le Nord, M.A.P., placée en liquidation judiciaire, ont dû abandonner leurs clients en plein milieu de leur prestation après avoir reçu un SMS de licenciement. 

La M.A.P., association spécialisée dans l'aide et l'accompagnement à domicile, a été placée en liquidation judiciaire.
La M.A.P., association spécialisée dans l'aide et l'accompagnement à domicile, a été placée en liquidation judiciaire. © Capture d'écran internet
Mercredi, peu après 11H00, les salariés reçoivent un SMS leur "faisant interdiction d'intervenir au domicile des gens, personnes âgées, personnes dépendantes", a raconté le mari d'une des employées à l'AFP, qui souhaite garder l'anonymat, confirmant une information de France Bleu Nord.

Son épouse, qui travaille avec la branche de Courrières (Pas-de-Calais), avait précédemment reçu une lettre recommandée l'avisant d'un licenciement mais qui ne mentionnait aucune date. Le SMS de mercredi précisait que le licenciement était effectif à la réception du message.

La M.A.P. avait été placée en liquidation judiciaire le 14 octobre, avec une cessation d'activité envisagée le 14 janvier.

"On suit cette situation depuis longtemps", a-t-on expliqué au conseil général du Pas-de-Calais, dont 45 personnes bénéficiaires de l'APA (aide personnalisée à l'autonomie) sont suivies par la M.A.P.

"Hier, on apprend que par une lettre recommandée aux salariés leur licenciement avec effet immédiat leur a été transmis. Cela nous a pris de court, on n'a pas du tout été informé par l'administrateur provisoire", a indiqué le conseil général. Le département, prévenu par les employés, a donc dû trouver très rapidement des remplacements pour assurer la continuité des soins.

Après avoir contacté tous les usagers mercredi après-midi et jeudi matin, tous ont trouvé une nouvelle aide, selon le département, sans conséquence négative pour leur santé. Dans la mesure du possible, les nouvelles associations contractées garderont le même intervenant, a ajouté le conseil général. Selon le mari de l'employée de la M.A.P., 64 employés "de terrain" sont concernés par la liquidation, et un repreneur a fait part de son intérêt pour relancer l'activité.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter