Cet article date de plus de 7 ans

Nord-Pas de Calais : la région où l'espérance de vie est la plus faible

Le Nord-Pas de Calais est tout en bas du tableau en terme d'espérance de vie, selon une étude de l'Ined (Institut national d'études démographiques) sur la mortalité départementale, publiée jeudi.
En France métropolitaine, le Nord-Pas de Calais serait la région la plus défavorisée en terme d'espérance de vie selon une étude sur la mortalité départementale publiée jeudi par l'Ined (Institut national d'études démographiques). Les deux autres régions les plus défavorisées sont l'Alsace et la Bretagne, malgré des progrès plus rapides que la moyenne dans cette dernière région, observe l'étude.

En 2011, une femme pouvait espérer vivre à la naissance 82,8 ans dans le Nord-Pas-de-Calais contre 85,7 ans en Rhône-Alpes. La médiane de l’espérance de vie des femmes dans les régions de France métropolitaine est de 84,8 ans. 
Pour les hommes, même constat. En 2011, un homme pouvait espérer vivre à la naissance 75,3 ans dans le Nord-Pas-de-Calais au lieu de 79,9 ans en Ile-de-France. La médiane de l’espérance de vie des hommes dans les régions de France métropolitaine est de 78,3 ans (voir l'étude publiée par l'IRDES - Institut de recherche et documentation en économie de la santé)
La différence entre la vie moyenne dans les deux départements aux extrémités du classement (Pas-de-Calais et Hauts-de-Seine) était de 6 ans pour les hommes et de 3,4 ans pour les femmes (comparé à 5,9 et 4,2 ans en 1977). "La désindustrialisation et la croissance du chômage dans les bassins miniers du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie favorisent sans aucun doute les comportements nuisibles (consommation d'alcool et de tabac notamment) ainsi que les suicides, les maladies mentales et du système nerveux" dit l'étude.


Disparité croissante

L'Ined observe également que "les inégalités de mortalité se creusent depuis le début des années 90, en particulier pour les hommes, alors qu'elles avaient eu plutôt tendance à se réduire au cours de la période antérieure".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé