Cet article date de plus de 7 ans

Kevin Reche, porte-parole du collectif "Sauvons Calais", accusé de sympathies nazies

Le site antifasciste Lutte en Nord fait circuler une photo du porte-parole du collectif "Sauvons Calais", torse nu, arborant sur son torse l'insigne de la Division SS Nordland. Ce collectif organise actuellement des manifestations contre les migrants à Calais et Coulogne.
La photo circule sur les réseaux sociaux et les sites antifascistes, comme celui de Lutte en Nord. On y voit Kevin Reche, l'un des leaders du collectif d'extrême-droite "Sauvons Calais" posant torse nu avec un ami. Sur sa poitrine, un tatouage d'un genre très particulier : une croix gammée aux formes arrondies qui rappelle l'insigne de la 11e Division SS Nordland constituée par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale.


Créée en 1943, la Division Nordland était composée principalement de volontaires scandinaves. Elle a combattu en Croatie contre les Partisans de Tito puis sur le front russe où elle participa au siège de Leningrad (Saint-Petersbourg). En avril 1945, ses derniers rescapés participèrent à la défense du bunker d'Adolf Hitler, à Berlin, face à l'avancée des troupes soviétiques.

La personne qui pose aux côtés de Kevin Reche sur la photo porte, quant à elle, sur le bras gauche un tatouage de la rune Ōþalan, insigne des Jeunesses Hitlériennes et de la 7e division SS de volontaires de montagne Prinz Eugen.


Mon tatouage représente un logo viking...


Interrogé par La Voix du Nord, Kevin Reche confirme l'authencité de la photo. "On l’a extraite de mon ancien compte Facebook, pourtant fermé". Mais il récuse toute sympathie nazie. A l'en croire, les similitudes entre son tatouage et la croix gammée seraient purement... fortuites. C'est en tout cas ce qu'il prétend. "Mon tatouage représente un logo viking, qui date de bien avant 39-45, et dont le sens se résume à l’honneur et la fidélité envers les proches et les amis. Pour moi, ce n’est pas de la provocation. Quand on me demande sa signification, je la donne. (...) Je ne me ferai jamais tatouer une croix gammée, car c’est aussi le symbole d’un régime qui a tué mes arrière-grands-parents pendant la guerre. Je ne pourrai pas le faire par respect pour eux."

Membre du mouvement d'extrême-droite Génération Identitaire, Kevin Reche organise avec le collectif "Sauvons Calais" des manifestations contre les migrants, brandissant des slogans tels que "Calais ville propre, salie par l'immigration". Récemment, ils sont venus soutenir des habitants de Coulogne opposés l'installation d'un squat de migrants dans une fermette. Le site antifasciste Lutte en Nord dénonce "des rassemblements haineux devant la maison occupée, jets de pierre, intimidation envers les personnes hébergées et leurs soutiens, fichage, délation et tentative d’entrer en force.". "Cette véritable petite milice fasciste se sent toute puissante dans le Calaisis", s'alarme-t-il.

Lundi, Jacky Hénin, ancien maire de Calais et candidat communiste aux prochaines municipales, a taxé les membres de "Sauvons Calais" de "petits nazillons" dans les colonnes de La Voix du Nord. Kevin Reche a menacé de porter plainte.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique