Coupe Davis : un contrôle de l'inspection du travail interrompu par la préfecture

Publié le Mis à jour le
Écrit par @F3nord

Dans un article intitulé "Controlus interruptus à la Coupe Davis", "Le Canard Enchaîné" raconte ce mercredi une histoire embarrassante pour la préfecture du Nord et le Parquet de Lille. 

Les agents de sécurité du Stade Pierre Mauroy qui ont travaillé autour de la Coupe Davis étaient-ils tous bien déclarés dans les règles ? On ne le saura sans doute pas puisque le contrôle diligenté le week-end dernier par l'Inspection du travail, l'URSSAF et la police de l'air et des frontières n'a finalement pas pu avoir lieu. Les explications données par "Le Canard enchaîné" ce mercredi matin risquent de faire du bruit. 

50 agents de contrôle étaient prévus pour cette opération menée à l'occasion de la finale de la Coupe Davis. Une opération préparée minutieusement et qui, selon le journal satirique, avait sans douté été décidée après une "collecte de renseignements probants ou d'une dénonciation". En clair, un contrôle qui risquait de mettre le doigt sur des anomalies ou fraudes.

Mais rapidement le chef de la sécurité du stade aurait demandé à la préfecture de faire arrêter le contrôle. Ce qui fut fait et confirmée par le procureur adjoint de Lille, qui, selon "Le Canard Enchaîné" aurait parlé de "risque de trouble à l'ordre public". Les 50 personnes mobilisées pour le contrôle ont dû rentrer chez elles. Bredouilles et assez fâchés pour faire connaître l'histoire... au Canard.

"Aucun commentaire"

Le Parquet de Lille a refusé d'expliquer sa décision d'interrompre ce contrôle et a simplement indiqué au journal que ce contrôle "provoquait des bouchons". Nous avons contacté la préfecture du Nord qui n'a pas démenti ses informations et a déclaré que "Le stade Pierre-Mauroy fait l'objet de contrôles réguliers dans ce cadre ; le dernier en date ayant eu lieu à l'occasion du concert de Patrick Bruel. (...) Le préfet et le procureur qui ont autorité sur les différents services mobilisés sur ce type de contrôle ont souhaité décaler dans le courant de l'après-midi le contrôle programmé le vendredi 21 novembre compte-tenu des risques de trouble à l'ordre public liés à l'afflux des spectateurs à l'entrée des parkings et aux embouteillages sur l'autoroute juste avant le match."

Le Canard Enchaîné, qui note que le gouvernement a fait de la lutte contre la fraude une priorité et rappelle que l'Organisation Internationale du travail demande que les fonctionnaires de l'Inspection du travail soient "indépendants de toute influence extérieure indue" termine son article en posant cette question  : "Grâce à cette jurisprudence Davis, tout préfet devra-t-il interrompre le contrôle d'une boîte pour faire cesser un trouble à l'ordre public ?".