Grippe : le plan Orsan déclenché par la ministre Marisol Touraine

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a donné son feu vert à des mesures d'urgence dans les hôpitaux, comme la déprogrammation d'opérations, pour répondre à la plus importante épidémie de grippe des cinq dernières années, sur fond de polémique avec les urgentistes.

"On n'avait pas vu d'épidémie aussi importante depuis la pandémie de 2009/2010" relève l'épidémiologiste Isabelle Bonmarin, chargée de la surveillance de la grippe à l'Institut de veille sanitaire (InVS). Elle fait état d'un nombre élevé d'hospitalisations "chez les personnes à risques comme les personnes âgées qui ont souvent d'autres pathologies".

Le plan Orsan, déclenché jeudi, prévoit notamment la mobilisation du secteur ambulatoire (médecine libérale), afin que l'hospitalisation soit réservée aux situations d'urgences, et des déprogrammations d'opérations non-urgentes dans les hôpitaux.

"Concrètement il s'agit que les ARS (agences régionales de santé) soient  attentives à ce qui se passe sur les territoires, que les hôpitaux s'organisent, soit avec des ouvertures de lits, soit avec la réorganisation des services pour accueillir les personnes malades de la grippe" a déclaré vendredi Mme Touraine, en visitant une maison de santé dans le Val d'Oise.

Le plan Orsan est déclenché alors que les urgentistes dénoncent une "situation sanitaire critique" dans les hôpitaux avec une saturation comparable à celle de l'été caniculaire de 2003 qui avait fait 15.000 morts.

Reportage ce matin à Lille de Marie-Candice Delouvrié et Myriam Schelcher