Me Delarue, avocat de D. Legrand : "J'ai confiance dans une justice qui sait ce qui s'est passé"

Victimes et acquittés de l'affaire de pédophilie d'Outreau, considérée comme l'un des pires fiascos judiciaires de ces dernières années, s'apprêtent à revivre un nouveau procès, avec l'ouverture mardi à Rennes de celui de Daniel Legrand fils, l'une des 13 personnes mises hors de cause en 2005.

##fr3r_https_disabled##Pourquoi doit-il être rejugé ? 
Me Julien Delarue : "Parce que ce qui est juste juridiquement peut être complètement absurde... A l'époque il a été renvoyé devant la cour d'assises des majeurs mais étant mineur pendant une partie de la prévention 1997 à 1999, cette partie de la minorité de Daniel Legrand n'a pas été jugé."

[...]

Est-ce que c'est une simple question de procédure, une formalité ou on peut s'attendre à une condamnation ? 
Me Julien Delarue : "Vous savez on peut s'attendre à tout dans une affaire de cette nature. Moi je veux avoir totalement confiance dans une justice qui sait ce qui s'est passé. [...] Et puis, j'ai confiance aussi dans un dossier qui atteste de l'innocence de ce jeune homme, comme de celle de son père qui a été acquitté à l'époque."

Est-ce que tant que ce dossier ne sera pas refermé est-ce qu'il est autant préjudiciable pour Daniel Legrand que pour les victimes qui sont de nouveau confrontées à ce qu'elles ont subi il y a plus de dix ans ?
Me Julien Delarue : "Evidemment, c'est une souffrance pour tout le monde, étant rappelé tout de même que les victimes prétendues de Daniel Legrand ont été consacrées en qualité de victimes et indemnisées parce qu'elles ont été reconnues comme victimes de leurs parents et non de Daniel Legrand.