Roland Garros : ça passe pour Kristina Mladenovic

Réaction de la championne et analyse du (voire des) prochain(s) tour(s). 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

##fr3r_https_disabled##Kristina Mladenovic (FRA/qualifiée pour le troisième tour en battant la Monténégrine Danka Kovinic) : "C'est un match que j'étais loin de prendre à la légère. C'est un deuxième tour, je sais que la fille doit forcément bien jouer. Ce qui était difficile d'ailleurs, c'est que je n'avais pas énormément d'informations à son sujet. Elle se déplace bien, elle a une balle lourde et sert extrêmement fort. Je suis vraiment très satisfaite de mon niveau de jeu qui m'a permis d'être solide, de convertir quasiment toutes les occasions que j'avais pour remporter ce match qui était loin d'être facile. D'autant plus qu'on sait combien c'est difficile, avec l'attente de tout le monde, surtout après un exploit comme celui que j'ai réussi au premier tour."


Chemin dégagé

Après son coup d'éclat contre la Canadienne Eugenie Bouchard (N.6), Kristina Mladenovic, était elle dans la position du favori contre la Monténégrine Danka Kovinic (89e) qui disputait à 20 ans son deuxième Roland-Garros.

A 22 ans, la Nordiste, 44e, en est elle à sa septième participation aux Internationaux de France et a fait étalage de son expérience pour l'emporter 6-3, 7-5. Seules fausses notes : ses deux balles de match ratées, dans la seconde manche lorsqu'elle menait 5-3, qui auraient pu lui coûter plus cher.

"Kiki" Mladenovic, qui n'a encore jamais dépassé le troisième tour, peut rêver au moins à une accession en huitièmes de finale, voire aux quarts de finale où la Tchèque Petra Kvitova (N.4) commence à pointer le bout de son nez. Sa prochaine adversaire, la Belge Alison Van Uytvanck, 93e mondiale, n'a rien d'une montagne infranchissable.