Abbeville devient "ville aidante" pour mieux accompagner les malades d'Alzheimer et leurs aidants

La communauté d'agglomération de la baie de Somme a signé lundi 20 septembre une charte s'engageant à mener des actions de sensibilisation permettant d'avoir une meilleure connaissance de la maladie d'Alzheimer. Un engagement destiné à accompagner au mieux les malades, mais aussi les aidants.

Mieux connaître la maladie d'Alzheimer et mieux l'appréhender, c'est tout l'enjeu du partenariat signé entre la communauté d'agglomération de la baie de Somme et l'association France Alzheimer. Cette charte d'engagements réciproques, créée partout en France au début de l'année 2019, vise à mener de nombreuses actions de sensibilisation et d'orientation auprès de tous les publics.

"Nous devons faire en sorte de pouvoir mener des actions au plus près des aidants qui souvent sont en proie à de grosses difficultés au quotidien, indique le maire d'Abbeville, Pascal Demarthe. On parle beaucoup de répit pour les aidants, et bien c'est aussi pouvoir leur permettre des SAS de décompression en leur apportant des solutions et de l'aide au quotidien."

"Toute personne peut être aidante un jour ou l'autre"

Sensibiliser le plus grand nombre, c'est aussi s'adresser aux concitoyens de manière générale et pas seulement aux personnes concernées par cette maladie qui touche près de 3 millions de personnes en France. "Toute personne peut être aidante un jour ou l'autre, que ce soit quelqu'un de sa famille ou même quelqu'un dans la rue qui est un peu perdu. On l'a tous remarqué, dans un parking, quelqu'un peut se perdre, alors peut-être qu'il ne fait pas attention, peut-être qu'il est malade, on ne le sait pas. Donc on peut être sensibilisé de cette façon", explique Catherine Savignat, présidente de l'association France Alzheimer Somme.

Grâce à cette charte, les agents du service public vont notamment bénéficier de formations. Dispensées par des bénévoles, ils vont apprendre à mieux réagir mais aussi à savoir apaiser. Parmi les personnes formées, Maryse Flautre, agent territorial. Chaque matin, elle apporte une soixantaine de repas à des bénéficiaires d'Abbeville et ses environs. "Finalement, on prend le temps d'être au contact des personnes, donc on peut prendre le temps aussi de faire attention à cette maladie", confie-t-elle. 

D'autres actions sont d'ores et déjà en cours de préparation. Dans les Hauts-de-France, une quinzaine de charte villes ou conseil départementaux aidants ont été signées, dont Amiens, la dernière en date signée mardi 21 septembre 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
abbeville santé société