Dans l'Aisne, les chèvres se chargent de recycler vos sapins de Noël

À Bruyères-et-Montbérault dans l'Aisne, une éleveuse récolte les sapins de Noël pour nourrir ses chèvres. Contre toute attente, celles-ci en raffolent. L'initiative a séduit les habitants du secteur, l'an passé la chèvrerie a collecté près de 300 arbres.

À la chèvrerie de Bruyères, se sont les chèvres qui s'occupent du recyclage des sapins de Noël
À la chèvrerie de Bruyères, se sont les chèvres qui s'occupent du recyclage des sapins de Noël © Eric Henry / FTV

À l'heure du repas, elles ne se font pas prier, notamment quand il s'agit de sapins. "Elles adorent les tiges donc elles vont manger toutes les épines, et même les écorces du sapin. Pendant deux jours, elles vont lui faire la fête", sourit Béatrice Chartier en montrant l'arbre qui est en train de se faire dévorer.

Cette année encore, cette éleveuse de Bruyères-et-Montbérault dans l'Aisne récolte les sapins de Noël pour ses chèvres. Dans leurs épines se trouvent des oligo-éléments et des vitamines très bonnes pour leur santé en cette période hivernale. "C'est bon pour elles et en plus, on recycle les sapins donc c'est parfait", se réjouit l'éleveuse.

Un vrai engouement sur les réseaux sociaux

Les arbres de Noël sont déposés directement à la chèvrerie par les particuliers ou collectés grâce à un partenariat avec la ville de Laon. En postant une annonce sur Facebook pour la première fois il y a deux ans, l'éleveuse ne s'attendait pas à un tel engouement. "La première année, on a eu quelques sapins. Ensuite très rapidement les gens ont partagé l'annonce et on s'est retrouvés avec énormément de sapins devant le fort", explique-t-elle.

Une situation qui risque de se reproduire cette année aussi. En trois jours, la publication de Béatrice a déjà été partagée 47 000 fois. 

"Il y a même des mamies qui m'appellent en me disant que leurs petits-fils veulent amener le sapin à la chèvrerie. Elles leur répondent : on va peut-être attendre que Noël passe", raconte Béatrice.

L'année dernière, l'éleveuse a dû refuser des sapins après en avoir collecté plus de 300. De quoi procurer une bonne cure de vitamines à ses 30 biquettes jusqu'à la fin de l'hiver. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël agriculture économie environnement écologie