• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Le conseil départemental de l'Aisne vote pour que les bénéficiaires du RSA consacrent 35h/semaine à leur réinsertion

Le président du Conseil Départemental de l'Aisne propose que les bénéficiaires du RSA consacrent 35 heures par semaine à leur projet de réinsertion. / © Nicolas Kovarik / Max PPP
Le président du Conseil Départemental de l'Aisne propose que les bénéficiaires du RSA consacrent 35 heures par semaine à leur projet de réinsertion. / © Nicolas Kovarik / Max PPP

La décision a été votée par le conseil départemental 24 juin 2019. Le 21 février dernier, lors de sa venue à l'Elysée dans le cadre du grand débat national, le président Nicolas Fricoteaux (UDI) avait soumis cette proposition au chef d'État Emmanuel Macron.

Par France 3 Picardie

Les bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) vont devoir effectuer 35 heures hebdomadaires à leur projet de réinsertion. La proposition avait été effectuée par Nicolas Fricoteaux, le président UDI du Conseil départemental de l'Aisne, le 21 février dernier lors de sa rencontre avec le président de la République Emmanuel Macron à l'Elysée, dans le cadre du grand débat national. Quatre mois plus tard, la voilà donc votée, ce 24 juin, par le conseil départemental de l'Aisne.

Le plan, baptisé "Aisne actifs", a été entériné ce jour à l'issue de la réunion exceptionnelle au familistère de Guise (Aisne) du conseil départemental. "Dès 2019, plus de 3 millions d'euros seront mobilisés et 35 actions concrètes seront menées dans les domaines du logement, de l’insertion, de l’accompagnement des jeunes, de la mobilité, etc." signale la collectivité.
 

Lutter contre la pauvreté

En février dernier, Nicolas Fricoteaux se défendait et en expliquant que, selon lui, "cette mesure aurait trois conséquences positives majeures : l’accélération de l’amélioration des conditions sociales et d’accès à l’emploi des allocataires puisque davantage de temps serait consacré à leur accompagnement, la fin des polémiques sur l’'assistanat' et la motivation accrue pour retrouver un emploi, de fait plus rémunérateur que les minimas sociaux pour un même temps d’occupation."

"Il ne s'agit pas de conditionner l'obtention des minimas sociaux à 35 heures de travail par semaine [...] Il s'agit de 35 heures d'insertion renforcée qui peuvent comprendre de l'accompagnement pour lutter contre l'illétrisme, pour l'accès au numérique, de l'immersion en entreprise ou dans les collectivités, du bénévolat ou de la formation. Tout cela doit être personnalisé", avait également ajouté le président du Conseil départemental.

L’Aisne est aujourd'hui l’un des départements les plus pauvres de France. Il se classe 89e en termes de revenus moyens, avec un montant annuel de 18 604 euros en 2015. Le taux de chômage (12,2 %) est au-dessus de la moyenne nationale (8,9%) et 19% des Axonais vivent en dessous du seuil de pauvreté.

 

Revenu universel d'activité

Lundi 3 juin, le gouvernement a lancé en grande pompe la concertation pour la création d'un « revenu universel d'activité », qui doit remplacer le maquis des minima sociaux. , sa création a vocation à remplacer au minimum le revenu de solidarité active (RSA), la prime d'activité, un complément de revenu versé par l'État aux travailleurs pauvres et les allocations logement

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus