Dix-sept œuvres de Camille Claudel vendues aux enchères à Paris

Parmi les oeuvres mises en vente, "La Petite châtelaine à la natte courbée", ici exposée à la maison d'enchères Artcurial. / © MaxPPP
Parmi les oeuvres mises en vente, "La Petite châtelaine à la natte courbée", ici exposée à la maison d'enchères Artcurial. / © MaxPPP

La maison d'enchères parisienne Artcurial mettra en vente le 27 novembre le dernier ensemble d'oeuvres appartenant aux héritiers de Camille Claudel.

Par France 3 Picardie / ML avec AFP

L'héritage familial de Camille Claudel sera bientôt dispersé. Les dix-sept oeuvres qui composent la collection Massary, dernier ensemble en possession de la famille de la sculpteuse née à Fère-en-Tardenois (Aisne) en 1864, seront vendues le 27 novembre prochain à Paris par la maison d'enchères Artcurial. La majeure partie des bronzes, plâtres et pastel de l'artiste proviennent de la maison de Villeneuve-sur-Fère où elle et son frère Paul avaient grandi.



Parmi les oeuvres mises en vente, un bronze, "L'Abandon", dernier d'une série de 18 exemplaires répliqués dans différents matériaux. Cette pièce-phare de 62 cm de haut est estimée entre 600 000 et 800 000 euros. Elle est accompagnée d'autres sculptures renommées : "L'Homme penché" (60 000 à 80 000 euros), oeuvre de jeunesse créée dans l'atelier d'Auguste Rodin, l'unique plâtre connu du modèle "Mon Frère ou Jeune Romain" (80 000 à 120 000 euros),  ou encore le seul pastel retrouvé de Camille Claudel, un grand portrait de sa soeur Louise estimé 40 000 à 60 000 euros.



Ces pièces proviennent pour majorité de l'héritage de l'unique fils de cette dernière, Jacques de Massary, qui avait acquis la maison de Villeneuve-sur-Fère et son grenier abritant un atelier en 1926. Au décès du neveu de l'artiste, ses ayants-droits ont maintenu l'ensemble, qui fut exposé à plusieurs reprises depuis la reconnaissance de Camille Claudel dans les années 1980. La dernière présentation de la collection avait eu lieu en 2014 à la Piscine de Roubaix pour les 150 ans de la naissance de la sculpteuse.

 L'une des répliques de "L'Abandon", exposée au Musée Rodin de Paris. / © Michel Petit
L'une des répliques de "L'Abandon", exposée au Musée Rodin de Paris. / © Michel Petit


A lire aussi

Sur le même sujet

Dimanche en politique - 30 ans après l'affaire du voile à Creil, reste-t-il des traces ?

Les + Lus