• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Des locataires privés de chauffage depuis novembre à Saint-Quentin

Dans certains appartements de la "cité des aviateurs" à Saint-Quentin, la température n'atteint pas les 15 degrés. / © France 3 Picardie
Dans certains appartements de la "cité des aviateurs" à Saint-Quentin, la température n'atteint pas les 15 degrés. / © France 3 Picardie

Depuis plus de deux mois, de nombreux locataires de plusieurs immeubles de la "cité des aviateurs" sont confrontés à un chauffage défectueux. Résultat, il fait froid dans les appartements. Le bailleur reconnait les difficultés mais de gros travaux sont à prévoir et cela va prendre du temps.

Par Camille Di Crescenzo

Il ne fait même pas 15 degrés dans certaines pièces de cet appartement de l'immeuble Lamartine à la cité des aviateurs à Saint Quentin. Le problème dure depuis la mi-novembre.

Dans les bâtiments voisins, le problème est le même. Le chauffage collectif fonctionne de manière très aléatoire. 
Les locataires en sont réduits à rajouter des vêtements ou à tenter de capter un peu de chaleur dans la cage d'eescalier.
 

L'exaspération gagne les esprits


Une pétition circule dans les couloirs. Au coeur de l'hiver, la situation perturbe le quotidien, notamment des plus fragiles. Sophie Rasse rajoute une couverture pour la nuit à sa petite fille : "C'est embêtant parce qu’avec les petits, ils tombent plus souvent malade. Il faut faire quelque chose. On les appelle mais ça ne bouge pas", s'alarme-t-elle.

Selon le bailleur, le problème est techniquement complexe. Le chauffage collectif par le sol devenu trop vétuste, présente de nombreuses fuites. Celles-ci sont difficiles à repérer et colmater. 
L'entreprise Dalkia passe régulièrement sur la chaudière pour régler les pressions de température et intervenir sur les fuites ponctuelles. "Aujourd'hui on est sur une réparation complète du système de chauffe des aviateurs explique Mélanie Prévost, directrice de la communication de "Clésence", programmée pour printemps / été".
 

Les locataires vont devoir s'armer de patience


Les travaux devraient coûter 1,2 millions d'euros. En attendant, le gestionnaire va proposer des chauffages d'appoint et étudier des allègements de facture au cas par cas.
 

Édouard de Cossé Brissac : "Il est exclu de vouloir vivre comme on vivait sous Louis XIV, mais ça développe le sens de l'humour."

Les + Lus

Les + Partagés