Pour réparer des fissures sur la chaussée, la ville de Saint-Quentin bénéficie d'une aide du “fonds Barnier”

Face à l'ampleur des dégâts, la mairie de Saint-Quentin en avait appelé à la solidarité nationale. / © FTV
Face à l'ampleur des dégâts, la mairie de Saint-Quentin en avait appelé à la solidarité nationale. / © FTV

[Mis à jour, le 22/01/2020] La somme de 135 950 euros a été accordée à la ville de Saint-Quentin, via le "fonds Barnier", pour participer au financement des travaux sur la chaussée, rue de Lyon, qui menaçait de s'effondrer.

Par Paul-Antoine Leclercq

Pendant presque un an, des fissures évoluaient de manière inquiétante sur la chaussée et le trottoir de la rue de Lyon, dans le centre-ville de Saint-Quentin, dans l'Aisne. La maire de la ville, Frédérique Macarez, avait fait appel à la solidarité nationale. Elle a été entendue, puisque la ville a reçu une aide du "fonds Barnier", pour participer au financement des travaux, bien qu'ils soient déjà terminés.


Risque d'effondrement

Le 14 janvier, le préfet de l'Aisne, Ziad Khoury a signé un arrêté allouant 135 950 euros à la ville de Saint-Quentin. Une somme accordée au titre du fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM), dit "fonds Barnier". "C'est une très bonne nouvelle, commente Frédérique Macarez. Ça correspond à ce qu'on avait demandé".
 

"Il y avait un risque d'effondrement, c'était des travaux très lourds et très important à mener, rajoute-t-elle. C'est pourquoi j'avais fait appel à la solidarité nationale pour nous aider à financer ces travaux imprévus". La ville de Saint-Quentin avait déjà bénéficié de l'aide du Fonds européen de développement régional (FEDER). Avec le fonds Barnier, "55% du prix des travaux sont pris en charge, se réjouit la maire, candidate à sa réélection. C'est plus que ce qu'on pouvait espérer".
 

Ce fonds, créé en 1995, était initialement destiné à financer les indemnités d'expropriation de biens exposés à un risque naturel majeur. Le "fonds Barnier" a été progressivement élargi à d'autres catégories de dépenses, au titre de la prévention des risques. C'est aujourd'hui la principale source de financement de la politique nationale de prévention des risques naturels. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus