Attentats : "Il faisait les brocantes" plaide l'avocat d'un suspect armé interpellé en Belgique

Publié le Mis à jour le
Écrit par @f3nord

L'avocat de Lazez Abraïmi, un suspect interpellé en Belgique en possession d'armes et soupçonné d'avoir aidé Salah Abdeslam, a défendu son client en indiquant que ce dernier "faisait les brocantes".  

L'interview de cet avocat, réalisée ce mercredi par la RTBF, fait déjà le buzz. Sur Twitter, certains comparent déjà les propos de Me Sokol Vljahen à ceux du désormais célèbre Jawad Bendaoud, devenue la risée de la Toile après avoir assuré qu'il ignorait avoir logé des terroristes à Saint-Denis.

Interrogé sur les armes détenues par son client, un certain Lazez Abraïmi​, interpellé et placé sous mandat d'arrêt le 20 novembre, puis inculpé de participation aux activités d'un groupe terroriste et d'assassinats terroristes, il a répondu que "ses armes étaient déjà dans son véhicule depuis bien longtemps" et que "monsieur en fait fait des brocantes".

Lazez Abraïmi, ressortissant marocain de 39 ans résidant à Jette, est soupçonné d'avoir véhiculé Salah Abdeslam​, l'un des membres présumés du groupe de terroristes qui a tué 130 personnes à Paris. C'était Bruxelles le samedi 14 novembre, le lendemain des attentats, ou plus tard. Mais le suspect nie les faits.

Armes de poing, traces de sang et message vocal suspect

"Notre client connaît Salah Abdeslam et son frère Brahim uniquement de vue parce qu'il a autrefois habité à Molenbeek-Saint-Jean", assure son avocat. "Il ne connaît absolument pas les autres personnes qui sont citées dans le dossier". Interrogé par l'AFP mercredi, un porte-parole du parquet fédéral a à nouveau refusé de préciser ce qui lui est reproché. Il a toutefois indiqué que deux armes de poing avaient été trouvées dans son véhicule, ainsi que des traces de sang. "Ce n'est pas du tout le genre d'armes qu'on s'attend à retrouver dans le cas d'attentats terroristes ou dans la fuite de quelqu'un qui vient de tuer", a ajouté Me Vljahen, selon lequel son client avait un casier judiciaire, mais pour des faits "très anciens" et relativement mineurs. Quant au sang retrouvé dans son véhicule, "ce n'est absolument pas (celui) de M. Salah Abdeslam", a poursuivi l'avocat. "C'est le sang de quelqu'un d'autre. Il a donné l'identité de cette personne, qui doit être entendue. Il y a une analyse ADN en cours (...) mais mon client est totalement confiant par rapport aux résultats qui vont être donnés", a-t-il ajouté.

Selon la RTBF, les enquêteurs ont également découvert sur le téléphone portable de Lazez Abraimi un message vocal suspect. "C'est une conversation entre deux personnes en arrière fond, qui parle d'une personne qu'on cherche. A un certain moment, ils disent "Est-ce qu'il est là ?"; "Non il n'est pas là"; "Le juif n'est pas là". C'est tout à fait énigmatique et pour mon client encore davantage puisqu'on ne lui a même pas laisser écouter le message pour savoir s'il connaissait ces personnes. Mais c'est sur son GSM, en effet", a précisé Me Vljahen à la chaîne publique belge.