Bac 2021 : l'épreuve de philosophie s'est déroulée dans un stress très relatif à Tourcoing

Dans les Hauts-de-France, plus de 45.000 lycéens des séries générale et technologique étaient attablés jeudi 17 juin pour passer l'épreuve de philosophie du baccalauréat. Cette année, la note retenue sera la meilleure entre celle de l'épreuve et celle obtenue lors du contrôle continu. 

"Discuter est-il renoncer à la violence ?". Les élèves de terminale ont notamment dû proposer une réponse à cette question pour l'épreuve de philosophie du baccalauréat 2021.
"Discuter est-il renoncer à la violence ?". Les élèves de terminale ont notamment dû proposer une réponse à cette question pour l'épreuve de philosophie du baccalauréat 2021. © MARTIN BUREAU / AFP

Les lycéens de terminale des Hauts-de-France ont passé, jeudi 17 juin à partir de 8h du matin, l'épreuve de philosophie du bac. Plus précisement, ils étaient 31.688 (22.868 candidats au baccalauréat général et 8.820 candidats au baccalauréat technologique) dans l'Académie de Lille et 15.000 dans celle d'Amiens à plancher sur un sujet pendant quatre heures.

Cette année, les lycéens avaient le choix entre quatre sujets (contre trois auparavant). Cet aménagement a été mis en place pour essayer de minimiser l'impact de l'épidémie sur le bon déroulement de l'année scolaire. Les sujets qui ont été proposés sont les suivants. 

Série générale:

Série technologique:

La philosophie en attendant le grand oral 

A noter que cette année, toujours pour lutter contre les effets de la pandémie sur l'année scolaire des élèves, "sera prise en compte pour chaque candidat la meilleure des deux notes qu’il aura obtenues, entre la note de l’épreuve terminale et la moyenne annuelle obtenue dans le cadre du contrôle continu en philosophie", a décidé le ministère de l'Education

Compte tenu de cette mesure, au lycée Sévigné de Tourcoing, les élèves étaient plutôt confiants : "si j'ai une bonne note tant mieux, au pire des cas j'ai 14", témoigne, détendue, cette élève de terminale auprès de notre journaliste sur place, Alice Rougerie. "Je me suis donné à fond en espérant avoir une très bonne note et le bac", ajoute un autre. "Je pense que ça s’est bien passé, c’était un peu dur mais je suis confiante et j’espère avoir une bonne note", termine une troisième avant d'aller réviser. 

Cette cuvée 2021 du baccalauréat est la première édition de l'épreuve voulue par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education, qui a mené une reforme pour l'imposer aux lycéens et aux professeurs. Mais elle a été entravée dans son déroulement par la crise sanitaire : les épreuves de spécialité, qui devaient se dérouler en mars, ont été annulées et remplacées par du contrôle continu. La semaine prochaine sera donc consacrée à la nouvelle épreuve du grand oral. Les élèves auront vingt minutes pour répondre à une question préalablement préparée avec leur professeur. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bac éducation société