Avec la crise sanitaire, le nombre d'abandons d'animaux dans les refuges a baissé

C'est sans doute l'un des effets positifs du confinement : le nombre d'abandons d'animaux de compagnie a chuté.

En vingt ans au refuge de Compiègne, Christelle Varlet n'avait jamais connu autant de cages vides. La responsable déplore chaque année une hausse des abandons des animaux de compagnie. Mais en 2020, la tendance s'inverse enfin : 956 animaux pris en charge, contre 1 316 en 2019. Un recul de -27% indique la Société protectrice des animaux. 

Un effet confinement

Christelle Varlet explique cette baisse par un effet confinement. Entre mars et mai, impossible de sortir et donc il s'avère plus difficile de se débarrasser de son animal. "En revanche, certains ont apprécié de pouvoir promener leur chien. C'est une bonne raison de cocher une case sur l'attestation", raille la responsable de site de l'Oise.

Même la période estivale, généralement synonyme d'un pic d'abandons, a été plus calme. "Avec la crise, les gens sont moins partis en vacances cet été, donc les animaux ont moins été un problème", présume Christelle Varlet.

Le refuge de Poulainville dans la Somme observe le même constat. Anne-Marie Choquet, salariée du site et responsable régionale à la SPA, avance également un autre argument. "Dans le cas d’un chien par exemple, si quelqu’un est plus présent avec lui à la maison, il aura tendance à faire moins de bêtises. Donc les maîtres ont plus facilement envie de les garder."

Le site de Poulainville a recueilli 980 animaux en 2020 contre 1 100 en 2019, soit une baisse d'environ 11%.

Moins d'adoptions en 2020

L'isolement dû à la crise sanitaire peut aussi convaincre de garder un animal, voire de motiver l'adoption. Le besoin de compagnie a souvent été une raison évoquée aux refuges de la SPA. Malgré tout, les chiffres de l'adoption ont eux aussi chuté dans les mêmes proportions que les abandons. 

-23% d’adoptions à Compiègne et -22% à Poulainville. Mais pas de quoi alarmer les refuges. "Nous avons été fermés durant tout le mois de mars, puis ensuite nous n'avons ouvert que sur rendez-vous pour les autres confinements donc ça limite forcément", remarque Anne-Marie Choquet.

"Il y a eu moins de rentrées au refuge donc aussi moins de sorties. Et les gens n'y trouvaient pas toujours ce qu'ils cherchaient", ajoute de son côté Christelle Valet.

La crainte d'un pic d'abandon en 2021

Cette tendance se confirme dans toute la Picardie, et à échelle nationale : -14% d'abandon cette année et une baisse de 12% des adoptions. Mais l'association reste prudente. Face à des situations de chômage et à l'inverse de retour au travail, les compagnons à quatre pattes pourraient être "de trop" dans le foyer. "On a eu énormément d'appel de propriétaires pour des conseils parce que leur chien à nouveau seul à la maison détruisait tout", raconte la responsable régionale.

La SPA alerte également sur une augmentation de 16% de l’abandon de NAC, les nouveaux animaux de compagnie comme les lapins, les serpents, les rongeurs. Avec notamment "un pic de recueil pendant le déconfinement et la période estivale". L’association y voit "une corrélation directe avec l’achat impulsif de ces espèces en animaleries ou sur Internet lors du premier confinement, abandonnées comme de vulgaires objets de consommation quelques mois plus tard."

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité