Belgique : l'homme porteur d'une ceinture factice inculpé pour “fausse menace d'attentat”

Le quartier où la fausse alerte a été donnée a été bouclé durant plusieurs heures. / © NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP
Le quartier où la fausse alerte a été donnée a été bouclé durant plusieurs heures. / © NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP

L'homme qui avait déclenché mardi une fausse alerte terroriste d'ampleur à Bruxelles en portant une ceinture explosive factice remplie de "biscuits et de sel" a été inculpé de "fausse menace d'attentat", a indiqué mercredi le parquet de la capitale belge.

Par avec AFP

Un juge d'instruction bruxellois a également décidé de placer en détention provisoire l'homme de 26 ans, identifié par ses initiales "J.B.", a précisé le parquet dans un communiqué. "J.B." avait lui-même contacté la police vers 05H30 mardi, affirmant avoir été enlevé et avoir déposé à proximité du centre commercial City 2, dans le centre de Bruxelles, "avec une ceinture d'explosifs qui devait être déclenchée
à distance par une tierce personne
".

Un large périmètre de sécurité avait été installé dans ce quartier proche de la gare du Nord et le Conseil national de Sécurité s'était réuni dans l'urgence autour du Premier ministre Charles Michel. Envoyés sur place, les démineurs ont rapidement établi que sa ceinture artisanale ne recélait aucune substance explosive, contenant seulement "du sel et des biscuits".

Après une perquisition au domicile de sa mère, où les enquêteurs ont découvert "du matériel ayant servi à la fabrication de ladite ceinture factice", le suspect a "reconnu avoir inventé son enlèvement", selon le parquet. L'homme était déjà "connu de la justice pour divers faits, y compris certains liés à des problèmes psychiatriques", avait également indiqué le parquet mardi.

Trois mois après les attentas du 22 mars (32 morts dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles), l'alerte avait été prise d'autant plus au sérieux que le centre commercial en question faisait partie des sites mentionnés ces derniers jours dans les médias belges en tant que cible potentielle de nouvelles attaques.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus