• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Bruxelles : une trace ADN de Salah Abdeslam retrouvée dans l'appartement perquisitionné

Salah Abdeslam, à droite, filmé dans une station service de Ressons. / © AFP
Salah Abdeslam, à droite, filmé dans une station service de Ressons. / © AFP

Une trace ADN et des empreintes de Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris, ont été retrouvées dans l'appartement perquisitionné mardi près de Bruxelles; selon l'Obs.

Par @F3nord

Salah Abdeslam, l’homme le plus recherché d'Europe, soupçonné d'avoir participé aux attentats de paris, est passé par l'appartement de Forest (commune de Bruxelles), perquisitionné mardi. Selon l'Obs, "des empreintes et une trace ADN de Salah Abdeslam ont été retrouvées" dans cet appartement. "On confirme que les empreintes de Salah Abdeslam ont été trouvées dans l'appartement de Forest", a déclaré à l'AFP un porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Der Sypt, qui s'est refusé à tout autre commentaire "dans l'intérêt de l'enquête". Selon BFM-TV, son ADN a été retrouvé sur un verre, à l'intérieur de l'appartement.

Selon la télévision publique belge RTBF, "il est plus que probable que (Salah Abdeslam) soit l'un des deux individus qui ont pris la fuite lors de la fusillade" causée par l'arrivée des policiers. Cette information n'a pas été confirmée officiellement.

Quand Salah Abdeslam y-a-t-il séjourné ? Avant ou après les attentats ? Combien de temps ? Pourquoi ? Avec la complicité de qui ? Ces questions sont pour l'instant sans réponse mais les traces laissées par Salah Abdeslam, sont un élément capital pour la suite de l'enquête. L'hypothése selon laquelle le Belge serait resté planqué autour de Bruxelles après les attentats reste donc plausible. Rappelons que selon la presse belge, Salah Abdeslam se serait déjà caché pendant trois semaines dans un autre appartement près de Bruxelles, à Schaerbeek.

"Une cellule terroriste ou d'un embryon de cellule en train de préparer quelque chose"

Mardi, six policiers français et belges, qui pensaient mener une perquisition de routine dans un appartement que les enquêteurs pensaient vide (l'eau et l'électricité avaient été coupés), se sont retrouvés sous un tir nourri d'armes automatiques. L'un des trois hommes présents dans l'appartement sera tué par un tireur d'élite de la police, mais deux suspects ont réussi à prendre la fuite et sont toujours "activement recherchés". Les enquêteurs avaient établi un possible lien entre l'appartement de Forest et une cache à Charleroi occupée par l'un des commandos de Paris juste avant leur départ pour la France, ont indiqué jeudi à l'AFP des sources proches de l'enquête.

Selon le quotidien De Standaard, la planque de Charleroi, tout comme l'appartement de Forest, ont été loués sous un faux nom par un certain Khalid El Bakraoui, un Bruxellois de 27 ans condamné à cinq ans de prison en 2011 pour des vols de voitures avec violence.  Son frère, Ibrahim El Bakraoui, a été condamné à Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov après le braquage d'un agent de change en 2010, selon le quotidien La Dernière Heure.

Quatre policiers ont été légèrement blessés dans la fusillade, dont une Française. Le suspect abattu a été identifié comme Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans en séjour illégal en Belgique. A côté de son cadavre ont été découverts "une kalachnikov, ainsi qu'un livre sur le salafisme". Dans l'appartement, la police a également trouvé un drapeau de l'Etat islamique, "11 chargeurs de kalachnikov et de très nombreuses munitions", selon un porte-parole du parquet fédéral, Thierry Werts. Une quantité importante de "matériel informatique crypté et une série de documents d'identité, dont certains falsifiés", ont été saisis, affirme le Standaard. Il s'agissait "manifestement d'une cellule terroriste ou d'un embryon de cellule en train de préparer quelque chose", a affirmé à l'AFP l'expert en contre-terrorisme Claude Moniquet.

A lire aussi

Sur le même sujet

La Séquence du filmeur

Les + Lus