Canal Seine-Nord : l'Etat et les collectivités s'accordent pour verser 2,2 milliards d'euros

Le préfet du Nord Michel Lalande et le nouveau secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari / © FEREDERIK GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Le préfet du Nord Michel Lalande et le nouveau secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari / © FEREDERIK GILTAY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

À moitié de l'État, et à moitié des collectivités territoriales.

Par Q.V avec AFP et E.E

L'Etat et les collectivités vont verser 2,2 milliards d'euros pour financer le projet du canal Seine-Nord, la liaison à grand gabarit devant relier la Seine au réseau fluvial de l'Europe du Nord, ont annoncé ce vendredi 4 octobre le ministre des Comptes publics et le secrétaire d'Etat aux Transports
 

Une contribution budgétaire de l'Etat d'1,1 milliard d'euros sera versée à la société du Canal Seine-Nord Europe, complétée par un apport du même montant de la part des collectivités territoriales, ont précisé dans un communiqué commun le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin et le secrétaire d'Etat aux transports Jean-Baptiste Djebbari. Cet apport sera pris en compte dans le budget de l'Etat. Il permettra de commencer à financer le canal à partir d'avril jusqu'à la fin des travaux en 2028.

L'Union européenne viendra compléter le budget avec 2 milliards d'euros, une subvention record. 
 
 
Une partie du canal Seine-Nord déjà aboutie à Aubencheul-au-Bac, près d'Arras. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Une partie du canal Seine-Nord déjà aboutie à Aubencheul-au-Bac, près d'Arras. / © PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le canal Seine-Nord, long de 107 km, doit relier Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Pas-de-Calais). Évalué à près de 5 milliards d'euros, il est censé faciliter le transport de marchandises entre les pays du Benelux et la région parisienne, et décharger l'autoroute A1.

Les retombées économiques sont difficiles à évaluer pour le moment. On parle de 7 000 à 10 000 emplois pour ce chantier qui devrait durer une dizaine d'années et à terme de 30 000 à 50 000 emplois dans la région Hauts-de-France. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus