Ce que l'on sait sur la mort de 5 membres d'une même famille à Haubourdin

Cinq membres d'une même famille ont été retrouvés morts mercredi soir dans leur domicile d'Haubourdin, près de Lille, un probable drame familial ayant pour origine des problèmes financiers.

Les faits

C'est la tante et la nounou des enfants qui, sans nouvelles de la famille depuis vendredi dernier, ont découvert le drame et donné l'alerte mercredi. Les deux femmes ont été prises en charge par une cellule de soutien psychologique du SAMU. Les corps des trois enfants, une fille de dix ans et deux garçons de quatre ans et six mois (Lison, Léandre et Lubun), ainsi que celui de la mère Séverine, 40 ans, et du père, Olivier, 42 ans, ont été découverts dans la soirée par les pompiers, a déclaré le procureur de Lille, Frédéric Fèvre.

Les corps des victimes ont été retrouvés sur des lits, sous une couverture. "Il n'est pas exclu qu'au moins l'une d'entre elles ait été étouffée", a précisé M. Fèvre. Le père a été retrouvé pendu dans le garage. Aucune trace d'utilisation d’une arme à feu ou d'une arme blanche n'a été découverte. Selon la police, le père de famille aurait agi vendredi dernier entre 12h et 19h. Il dit avoir d'abord tué sa femme avant d'aller chercher ses enfants à l'école et de les tuer à leur tour. Il "a ensuite pris le temps" pour se donner la mort pour, dit-il, dans sa lettre, "être sûr de souffrir". 

Les services de l'identité judiciaire ont été à l'oeuvre toute la soirée, dans cette maison de briques de deux étages donnant sur une placette avec parking, située dans un quartier résidentiel d'Haubourdin, petite ville de 15 000 habitants à 7 km à l'ouest de Lille.

La famille

Selon les voisins, cette famille était très discrète. Ils n'ont rien vu de suspect ou pouvant laisser penser à de grandes difficultés. "Cette famille n'était pas installée là depuis très longtemps, depuis un an environ. Ici, c'est un quartier extrêmement calme et résidentiel, les enfants y font souvent du vélo et de la trottinette", a déclaré à l'AFP Christelle, une voisine. 

"C'est le quartier le plus calme de la ville. Tout le monde se connaît. Je suis ici pour témoigner notre soutien et apporter une aide, si tant est que c'est possible dans ces circonstances", a ajouté le premier adjoint de la ville, Jean-Luc Lesaffre.

Un drame du surendettement

Le père s'est pendu et a "laissé un écrit, daté du 16 octobre, expliquant son geste. Il a évoqué le surendettement et de grosses difficultés financières", a expliqué M. Fèvre, qui a confié l'enquête à la sûreté urbaine de Lille. Selon La Voix du Nord, Olivier, le père de famille, a écrit cette lettre le 16 octobre, date probable de la mort de la famille. Les enquêteurs vont maintenant fouiller dans les comptes du couple. 

Le département du Nord avait connu un drame familial similaire en juin. Un père de famille, menuisier de la commune rurale de Walincourt-Selvigny, avait été interpellé, soupçonné d'avoir donné la mort à ses trois enfants et frappé sa femme avec une bûche. Souffrant de troubles psychiatriques, il avait ensuite tenté de se suicider.