Champignon du frêne : 5 forêts fermées au public dans le Nord et le Pas-de-Calais

Touchés par un champignon, les frênes de la région entraînent la fermeture le 15 septembre prochain de 350 km de sentiers de randonnée dans le Nord Pas-de-Calais. 

Il s'agit d'un champignon. Nommé hymenoscyphus fraxineus, ou chalarose, il est venu de Pologne dans les années 1990 et atteint aujourd'hui le sud de la France où il a été repéré en 2008.

Il s'attaque aux frênes, feuilles, branches, tronc et racines mais seulement à cette espèce d'arbres et est dans danger pour l'homme. Mais, car il y a un mais, les frênes ainsi "rongés" peuvent tomber. Des chutes de cimes peuvent se produire.

Jusqu'en juillet 2017 ?

C'est pourquoi, 350 km de sentiers de randonnées sont interdits au public par l'office national des forêts, à partir du 15 septembre prochain et jusqu'au début de l'été prochain, à cause des risques de chutes d'arbres notamment. Les forêts de Boulogne, Desvres, Hardelot, Nieppe, et Vimy sont concernées. 

"Cette fermeture durera quelques mois, explique m'Office national des forêts. Elle vise à prévenir tout risque d'accident dans l'attente de la sécurisation par les équipes de l'ONF des 350 km d'itinéraires de randonnée de ces forêts. L'accès au public et les manifestations sportives seront interdits durant cette période. L'ONF communiquera régulièrement sur l'avancement des itinéraires sécurisés et sur la réouverture progressive des forêts. L'ensemble des itinéraires de randonnée devrait avoir été ré-ouvert au public avant l'été 2017."
Un champignon qui pénètre par les feuilles
La chalarose est véhiculée par un champignon de quelques millimètres qui pénètre par les feuilles, provoque leur flétrissement et passe ensuite dans les branches.

Lorsqu'ils sont touchés, les frênes utilisent leurs réserves pendant plusieurs années pour reconstituer tant bien que mal leur feuillage, mais cela les fragilise énormément. Le champignon en profite pour infecter le pied des arbres en s'insinuant dans les fissures de l'écorce.

L'infection se traduit par des nécroses qui fragilisent le système racinaire et perturbent la circulation de la sève allant jusqu'à l'interrompre complètement, ce qui provoque la mort de l'arbre au bout de quelques années.

Le processus s'accompagne souvent de l'apparition de pathogènes dits "secondaires", champignons ou insectes qui pondent sous l'écorce et dont les larves creusent d'innombrables galeries, accélérant le dessèchement des arbres. Source ONF.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société forêt nature sorties et loisirs