Cinq magasins Conforama menacés de fermeture dans les Hauts-de-France

Cinq magasins Conforama des Hauts-de-France devraient fermer dans le cadre du plan de restructuration. / © DENIS CHARLET / AFP
Cinq magasins Conforama des Hauts-de-France devraient fermer dans le cadre du plan de restructuration. / © DENIS CHARLET / AFP

La direction de Conforama a présenté aux syndicats un plan de restructuration de l'entreprise. Elle entend fermer 32 magasins dont 5 dans la région Hauts-de-France. 

Par Romane Idres

"La liste est tombée comme un couperet !", souffle Didier Pienne, représentant syndical FEC-FO auprès du CCD de Conforama France. "La nouvelle s'est vite répandue. Des familles entières voient leur destin scellé par la direction, à la veille des vacances, c'est dramatique !"

Le plan de restructuration présenté par la direction de l'entreprise d'ameublement laisse aux syndicats un goût amer. La fermeture annoncée de 32 magasins à travers la France entraînerait 1050 suppressions de postes. Dans les magasins qui resteront ouverts, 600 emplois devraient également disparaitre à travers un plan de départs volontaires, ainsi que 124 au siège et 26 au service après-vente. Enfin, 10 magasins Maison Dépôt (une enseigne du même groupe) devrait mettre la clé sous la porte, entraînant 100 suppressions de postes. 
 



D'après Force Ouvrière, 5 magasins des Hauts-de-France sont concernés : 
  • Leers et Louvroil dans le Nord
  • Calais dans le Pas-de-Calais
  • Château-Thierry et Laon dans l'Aisne


Des magasins "déficitaires"


Un plan "nécessaire" selon la direction de l'entreprise pour "réduire ses pertes et revenir à l'équilibre". Elle estime que les magasins amenés à disparaitre sont "déficitaires" et "sans espoir de redressement". 

Force Ouvrière, troisième syndicat de l'entreprise, compte faire intervenir l'État en interpellant le Comité interministériel de restructuration industrielle. "On va déjà se battre pour sauver les emplois qui peuvent être sauvés, mais on regardera également les modalités de départ proposées. Il y a des salariés qui ont donné une grosse partie de leur vie professionnelle à cette entreprise, avec beaucoup d'ancienneté, on essaiera de leur obtenir des primes plus qu'honorables.", affirme le représentant. Les modalités sociales devraient être présentées aux représentants du personnel le 11 juillet. 
 

500 millions d'euros de perte


La direction comme les syndicats évoquent la responsabilité de l'actionnaire Steinhoff, un groupe sud-africain propriétaire de Conforama, en grandes difficultés financières après la découverte d'irrégularités comptables en 2017 et la démission du PDG de l'époque. Mais la direction parle également de "mutations profondes du secteur" et une "concurrence de plus en plus forte" à laquelle l'entreprise ne se serait pas suffisamment adapté. "Depuis 2013, Conforama en France a cumulé des pertes à près de 500 millions d'euros", peut-on lire dans le communiqué de presse envoyé par la direction.
 

Sur le même sujet

Les + Lus