Cinq questions sur les intoxications au monoxyde de carbone qui tuent chaque hiver dans les Hauts-de-France

Image d'illustration / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
Image d'illustration / © PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

L'Agence régionale de santé alerte contre les risques du monoxyde de carbone, décuplés durant l'hiver où les appareils de chauffage fonctionnent à plein régime. Durant l'hiver 2018/2019, 377 personnes ont été exposées au gaz et 5 personnes en sont décédées. 

Par NJ

377 personnes exposées au monoxyde de carbone, 299 personnes qui ont dû être transportées aux urgences, et 5 personnes qui en sont mortes. Voici le triste bilan de ce gaz l'hiver dernier selon l'Agence régionale de santé
 

Le monoxyde de carbone, qu'est-ce que c'est ? 


Inodore et incolore, il est émis dans les logements lors d'une mauvaise combustion du fait d'un appareil défectueux ou d'un manque de ventilation. Tous les appareils à combustion peuvent causer une intoxication : chaudière à gaz, poêle à charbon ou à pellets, poêle à pétrole.. Seuls les premiers signes d'intoxication permettent de détecter sa présence. 
 

Quels sont les signes d'une intoxication au monoxyde de carbone ? 


Inhalé, le monoxyde de carbone vient se fixer à l'hémoglobine du sang pour prendre la place de l'oxygène, causant ainsi l'asphyxie. Les premiers signes sont des maux de tête, puis des vertiges, des nausées et des vomissements. Son action peut être très rapide. En quelques minutes, la personne peut perdre connaissance et même mourir. 

 
 

Quels gestes adopter pour s'en prémunir ? 

 
  • Entretenir et faire vérifier, par un professionnel qualifié, au moins une fois par an, toutes les installations de chauffage et de production d'eau chaude. 
  • Faire ramoner mécaniquement tous les conduits de fumée par un professionnel qualifié au moins une fois par an, pour les nettoyer mais aussi vérifier qu'ils sont en bon état et qu'ils ne sont pas bouchés. 
  • Faire vérifier ses installations de chauffage par un professionnel qualifié. 
  • Aérer régulièrement son logement et ne jamais boucher les grilles d'aération. 
  • Ne pas utiliser les chauffages d'appoint en continu plus de deux heures et uniquement dans une pièce bien ventilée. 
  • Éviter la mise au ralenti d'un chauffage au charbon en période de redoux.
  • Acheter un détecteur de monoxyde de carbone. S'il ne remplace pas ces gestes de prévention, il prévient dans le cas d'une trop forte quantité du gaz dans l'habitat. 


Quels sont les comportements à risque ? 

 
  • Un entretien insuffisant des installations de chauffage à combustion augmente le risque d'émission de monoxyde de carbone. 
  • Boucher les orifices d'aération alors que ventiler et aérer le logement s'avère indispensable, même en hiver. Cela permet d'avoir un apport suffisant en oxygène pour assurer une bonne combustion et renouveler l'air ambiant.
 


Que faire en cas d'accident ?

 
  • Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • Arrêter tous les appareils à combustion
  • Quitter les locaux
  • Appeler les secours : sapeurs-pompiers au 18 ou le SAMU au 15. 
  • Ne plus utiliser les appareils à combustion avant le passage d'un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l'intoxication et proposera les travaux à effectuer.

 

Sur le même sujet

Les gens des Hauts : Tourcoing, la ville aux mille visages

Les + Lus