Coronavirus : prison ferme pour un médecin qui a notamment toussé sur des gendarmes en disant être atteint du Covid-19

Image d'illustration / © F.GILTAY
Image d'illustration / © F.GILTAY

Un médecin du centre hospitalier de Tourcoing a été interpellé samedi pour des soupçons de violences conjugales. Il a toussé volontairement vers les gendarmes venus l'interpeller. Il a été condamné lundi à deux ans de prison ferme.

Par Emmanuel Magdelaine

Trois ans de prison dont un an avec sursis probatoire. Un médecin qui était jugé pour violences volontaires sur conjoint et violences sur les forces de l’ordre a été condamné par le tribunal correctionnel de Lille ce lundi. Il a été incarcéré dans la foulée. Il a toussé volontairement sur des gendarmes alors qu'il est potentiellement atteint du Covid-19. Les militaires étaient venus l'interpeller pour des violences conjugales. 

Selon le journal La Voix du Nord, présent à l'audience, le médecin qui travaille au CH Dron à Tourcoing (Nord) a comparu avec un masque. Une comparution contestée par son avocate. Elle a estimé que son état de santé n'était pas compatible avec la garde à vue. "Elle aurait dû au moins être levée pour qu'un test Covid-19 soit réalisé, explique Maître Julia Gadilhe, avocate du médecin. Au moins pour le protéger et protéger les autres personnes, notamment les gendarmes. On ne connait pas suffisamment les effets, conséquences ou impacts de ce virus." Le procureur Thibaut Arnou a, lui, estimé, que l'audience pouvait tout à fait avoir lieu, malgré ces circonstances particulières.

« Je suis vraiment désolé pour les gendarmes », a dit le sexagénaire après le récit des faits qui lui sont reprochés. Samedi, vers 20h30, sa femme qui réside avec lui à Cysoing (près de Villeneuve d'Ascq - Nord) appelle les gendarmes. Elle dit avoir été victime d'une tentative d'étranglement par son mari. Ce dernier, médecin au centre hospitalier Dron de Tourcoing, a ensuite immédiatement quitté le domicile conjugal en voiture. 

A leur arrivée sur place, les gendarmes apprennent par la plaignante que le médecin est actuellement en arrêt maladie. Il a les symptômes du Covid-19. Elle affirme même qu'il a passé une radiographie des poumons qui a confirmé le diagnostic. A l'audience, on apprendra ensuite qu'il n'a pas été testé.
 

"De toutes façons, le Covid-19, tout le monde va l'avoir"


Vers 21h30, le médecin appelle les gendarmes et leur indique qu'il est rentré chez lui. Il se dit prêt à être interpellé. Des hommes de la brigade de Pont-à-Marcq, se rendent sur place, logiquement équipés de masques et gants en latex.

L'homme, âgé de 66 ans, est interpellé. Il porte un masque. Il suit les gendarmes sans résistance. Mais sur le trajet, volontairement, il retire son masque et se met à tousser de manière exagérée en direction des gendarmes. Il se fait menaçant et affirme que "de toutes façons, le Covid-19, tout le monde va l'avoir". Il refuse de remettre son masque, obligeant même les gendarmes à arrêter le véhicule pour lui faire entendre raison. 

Il est finalement placé en garde à vue pour les deux motifs. Le Parquet de Lille a choisi de le juger en comparution immédiate, dans un tribunal de Lille, en partie déserté. Selon son avocate, le médecin a d'abord été condamné pour la tentative d'étranglement sur son épouse.  Il a également été condamné "à suivre des soins", "à indemniser les parties civiles" et été interdit de "tout contact avec son épouse et de paraître au domicile", a précisé le parquet. Il a dix jours pour faire appel.
 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus