Coronavirus : une situation "catastrophique" pour le tourisme en Picardie

Interdiction de quitter la Chine des ressortissants du pays oblige, les professionnels du secteur touristique picard, qui ont l'habitude de les accueillir, subissent depuis plusieurs semaines une succession d'annulations. Les pertes sont estimées à plusieurs centaines de milliers d'euros.
 

Le château de Chantilly dans l'Oise est l'une des visites les plus prisées des touristes chinois.
Le château de Chantilly dans l'Oise est l'une des visites les plus prisées des touristes chinois. © Jérôme Arrignon / FTV
"L'impact est très grave. La situation catastrophique", témoigne la responsable du marché chinois du Comité régional du Tourisme en Picardie, Ruying Wang. Cette dernière, ne mâche pas ses mots alors que les conséquences de l'épidémie de coronavirus parti de Chine se font sentir jusqu'en Picardie.

270 000 euros de pertes

Car, si le mois de février n'est pas le plus mouvementé en termes d'accueil des touristes chinois, les pertes dues à de nombreuses annulations se chiffrent d'ores et déjà en centaines de milliers d'euros. "Entre les annulations de groupes que ce soient des réservations gérées entièrement par nos soins ou en collaboration avec des partenaires, on estime la perte de chiffre d'affaires à 270 000 euros", expose Ruying Wang. Et c'est bien sûr sans compter, les hôtels ou les chaines, avec lesquels nous ne travaillons pas et donc dont nous n'avons pas les chiffres."

L'inquiétude est d'autant plus grande que la situation ne devrait pas s'arranger de sitôt. "La plupart des réservations sont tombées à l'eau pour les mois de février à avril. Celles qu'on devrait recevoir pour juillet-août n'arrivent pas. Les gens attendent forcément de voir comment la situation va évoluer. D'après Xinhua [l'une des deux agences de presse nationale chinoise] et des amies que j'ai sur place, la situation de l'épidémie se stabilise. 40% des travailleurs auraient repris le travail et ils devraient être 80% à la fin du mois. Mais pour l'instant on est dans le flou".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société tourisme économie