COVID-19. L'Aisne, le Pas-de-Calais et la Somme concernés par la fin du port obligatoire du masque à l'école primaire

Mercredi 22 septembre, le porte-parole du gouvernement a annoncé que le port du masque à l'école primaire ne sera plus obligatoire dès le 4 octobre dans les départements où le taux d'incidence du Covid-19 est inférieur à 50. C'est le cas dans l'Aisne, le Pas-de-Calais et la Somme.

"Dans les départements où le taux d'incidence se stabilise au-dessous du seuil de 50 pour 100 000 habitants, le protocole scolaire passera en niveau 1, ce qui signifie essentiellement que l'obligation du port du masque à l'école primaire sera levée". C'est l'annonce faite par le porte-parole du gouvernement mercredi 22 septembre à l'issue du Conseil des ministres, précédé dans la matinée d'un Conseil de défense sanitaire. Gabriel Attal a précisé que cette obligation prendrait fin dès le 4 octobre dans les départements concernés.

Selon les dernières données du site Geodes de Santé publique France datant du 18 septembre, 41 des 101 départements français sont actuellement sous ce seuil de 50 nouveaux cas de Covid-19 pour 100 000 habitants. Dans les Hauts-de-France, trois départements ont un taux d'incidence inférieur à 50 : l'Aisne (26,6 pour 100 000 habitants), le Pas-de-Calais (30,2 pour 100 000 habitants) et la Somme (21,9 pour 100 000 habitants) :

Le 4 octobre, ces trois départements pourraient donc être concernés par la fin du port du masque obligatoire à l'école primaire. Le Nord et l'Oise présentent eux un taux d'incidence supérieur à 60 nouveaux cas pour 100 000 habitants.

Deuxième mesure applicable au 4 octobre, "les jauges qui s'appliquent dans certains établissements recevant du public seront levées dans ces mêmes départements", a ajouté Gabriel Attal. Une mesure qui concerne essentiellement le secteur culturel, notamment les salles de concert debout et les discothèques, a-t-il ajouté.

Quel que ce soit le taux d'incidence, le pass sanitaire est néanmoins maintenu pour le moment dans tous les départements.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société