Déconfinement - Vacances : le Comité Régional de Tourisme veut inciter les habitants à (re)decouvrir les Hauts-de-France

Une campagne de promotion de 40 vidéos, diffusée sur un an et à partir de juin 2020, va être lancée à destination des habitants de la région, voire des habitants des régions voisines, pour leur faire (re)découvrir les sites patrimoniaux et le littoral des Hauts-de-France.
Pierrefonds et son château construit à la fin du XIVe siècle par le duc Louis d’Orléans. Démantelé au XVIIe, il se trouve à l’état de ruines lorsque Napoléon III décide d’en confier la reconstruction à l’architecte Eugène Viollet-le-Duc
Pierrefonds et son château construit à la fin du XIVe siècle par le duc Louis d’Orléans. Démantelé au XVIIe, il se trouve à l’état de ruines lorsque Napoléon III décide d’en confier la reconstruction à l’architecte Eugène Viollet-le-Duc © AFP
Alors que la réouverture des plages du littoral du Nord a lieu ce samedi 16 mai sur 13 km, de Bray-Dunes à Gravelines, que les plages du Pas-de-Calais et de la Baie de Somme sont rouvertes également, le Comité Régional du Tourisme des Hauts-de-France entend séduire une partie des quelque 6 millions d'habitants des Hauts-de-France pour qu'ils viennent en vacances redécouvrir leur territoire, mais aussi les habitants de la région Grand-Est, de Normandie ou d'Ile-de-France. 
 
Deux phoques se dorent la pilule en baie de Somme devant Le Crotoy
Deux phoques se dorent la pilule en baie de Somme devant Le Crotoy © AFP

"Un appel d'offres a été lancé et se termine lundi 18 mai. Une trentaine de candidats se sont déjà fait connaître", explique-t-on au Comité Régional du Tourisme. Le but : prendre plaisir à (re)découvrir sa région via ces 40 vidéos "immersives et engageantes" ciblant les familles, les couples et les amis.
 
Kite-surf sur la Côte d'Opale
Kite-surf sur la Côte d'Opale © AFP


"Evasion, dépaysement et sécurité sanitaire"


Les vidéos seront ensuite diffusées via les réseaux sociaux - le CRT dispose de 200 000 abonnés dont une forte proportion situés en Ile-de-France. Cinq prestataires vont réaliser ces vidéos qui seront ensuite relayées par les hôtels, les restaurants, les offices de tourisme. Les cinq Départements et la Région sont associés à cette campagne. L'enjeu, collectif est "assez unique en France", estime Jean-Philippe Gold, directeur du Comité Régional du Tourisme, CRT. L'idée est d'apporter des solutions à des gens qui avaient prévu de séjourner en Europe ou plus loin et qui ont "envie d'évasion, de dépaysement et de sécurité". 
 
Musée de Flandre à Cassel, lors d'une exposition exceptionnelle en 2018 consacrée aux peintres flamands. Ici, "Portrait of a Young Lady" par Gaspar de Crayer (1584-1669).
Musée de Flandre à Cassel, lors d'une exposition exceptionnelle en 2018 consacrée aux peintres flamands. Ici, "Portrait of a Young Lady" par Gaspar de Crayer (1584-1669). © AFP


Maîtres mots : "Nature, culture, bien-être, sécurité"

"Grâce à nos territoires, les estivants devraient pouvoir retrouver des valeurs et des émotions qu'ils recherchent. Les maîtres mots sont nature, culture, bien-être, sécurité", explique J.-P. Gold. C'est ce qu'une étude marketing récente, mais effectuée avant le 14 mai (jour où le Premier ministre a déclaré que les Français pourraient partir en vacances partout en France et que leurs réservations leur seraient remboursées si la situation sanitaire évoluait mal) qui a permis de définir ce que recherchaient les Français pour leurs vacances. 

"C'est vrai qu'il y a un besoin fort de reconnection à la nature, un besoin de bien-être et aussi de gastronomie avec des bons produits locaux. Deux raisons à cela : le confinement - les parents ont désormais envie de voir courir les enfants - et les lieux où les règles de distanciation sociale se feront naturellement, comme les forêts. Le seniors optent davantage pour le patrimoine. L'enjeux est clair, être "performant sur l'accueil". "On ne parle pas de volumes de clientèle mais d'accueil de personnes qui viennent trouver des solutions et qui peuvent revenir", explique le directeur du CRT.
 
Avec "J'aime l'Oise !", le département souhaite attirer les touristes dans ses lieux phares comme le château de Chantilly
Avec "J'aime l'Oise !", le département souhaite attirer les touristes dans ses lieux phares comme le château de Chantilly © AFP

Le fractionnement des congés est dans les têtes des professionnels. Il faut donc fidéliser, satisfaire, donner envie de revenir. Enfin, l'étude marketing permettait de se rendre compte selon J.-P. Gold que les temps de transports devaient être de 2h30 maximum. Là encore, l'allocution du Premier ministre, incitant à réserver partout en France, a-t-elle changé les choses ? Cela reste à voir... 

Autre étude, via les réseaux sociaux, en avril 2020, le Comité Régional du Tourisme a sondé ses abonnés Facebook. L'envie d'évasion s'était alors exprimée en pleine période de confinement. Sur les 65 000 personnes touchées plusieurs centaines s'étaient exprimées, notamment en faveur de la Côte d'Opale et de la Baie de Somme, les plus citées en commentaires. 
 
Les hortillonnages d'Amiens, ensemble de jardins flottants sur un dédale de 65 km de canaux, au cœur de la cité amiénoise
Les hortillonnages d'Amiens, ensemble de jardins flottants sur un dédale de 65 km de canaux, au cœur de la cité amiénoise © AFP

Venaient ensuite, les espaces verts comme la forêt de Compiègne, le pays des Sept Vallées ou la Thiérache, les sites patrimoniaux, le château de Pierrefonds ou Chantilly (Oise) ou encore Cassel, dans le Nord et les hortillonnages d’Amiens. (Classement ici). 
 
Le Cap Blanc-Nez, la falaise la plus au nord en France et en contre-bas, la baie de Wissant, spot privilégié des véliplanchistes et des kite-surfeurs
Le Cap Blanc-Nez, la falaise la plus au nord en France et en contre-bas, la baie de Wissant, spot privilégié des véliplanchistes et des kite-surfeurs © AFP
Le tourisme en Hauts-de-France en quelques chiffres
En 2019, les cinq départements des Hauts-de-France, se classaient 3e région française où la fréquentation touristique a le plus augmenté, avec +7% par rapport à 2018, et près de 10 millions de nuitées. Le secteur qui représente 70 000 emplois et 4% du PIB dans la région, avait d'ailleurs connu une hausse de la fréquentation touristique sur les deux saisons précédentes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société tourisme économie région hauts-de-france