• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Un sénateur de l'Aisne présente un rapport sur les déserts médicaux

Exemple de télé-consultation à Amiens / © Fred Douchet / Maxppp
Exemple de télé-consultation à Amiens / © Fred Douchet / Maxppp

Un guichet unique pour les médecins, un lien direct entre le département et les ARS... Le sénateur de l'Aisne Yves Daudigny ne manque pas d'idées pour lutter contre les déserts médicaux. Il les inscrit dans un rapport co-signé par un sénateur du Loiret.

Par Célia Mascre

Difficile, en zone rurale mais pas uniquement, de trouver un généraliste pour une consultation dans l'Aisne. Et pour cause, le département est un des moins bien dotés en médecins de France.

Pour le sénateur de l'Aisne Yves Daudigny, les initiatives de l'État, mais aussi des collectivités et des soignants eux-mêmes, sont bien trop diffuses. Il présente un rapport à l'Assemblée qui propose d'y mettre un peu d'ordre. 

"L'État, l'Assurance maladie, les professionnels ont multiplié les mesures. C'est intéressant mais ces propositions partent dans tous les sens, sans réelle stratégie globale ni évaluation", explique-t-il à nos confrères de Ouest France. 

Un guichet unique pour les praticiens


Lesénateur a des idées concrètes . Dans son rapport, co-signé par le sénateur du Loiret Jean-Noël Cardoux, il propose que les ARS (Agences régionales de santé) "organisent un tour de table avec les acteurs concernés" pour qu'ils puissent s'organiser et se concerter. 

M. Daudigny préconise également la création d'un guichet unique pour les médecins "pour informer les candidats à l'installation sur les aides auxquelles ils peuvent prétendre, pour les épauler dans leurs démarches, les mettre en contact avec des confrères...", détaille le député, qui souhaiterait miser avant tout sur le réseau.

La télé-médecine comme solution ?

Le rapport ne s'arrête pas là. Les sénateurs proposent de mettre en place un cadre législatif financier pour que la télé-médecine se développe. Une solution soutenue par l'ARS en Picardie afin de lutter contre les inégalités d'accès aux soins. 

Depuis 2002, la région a missionné le Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) e-santé Picardie de développer des systèmes d’information numérisés en santé, et de regrouper l’ensemble des acteurs. Mais pour l'instant, la télémédecine est une pratique auquelle nous avons trop peu recours.
 

Des médecins étrangers dans l'Aisne


Depuis quelques années, les habitants de l'Aisne voient débarquer de nouveaux praticiens aux noms à consonnance roumaine. Il y a deux ans, la commune de Gandelu a mis des annonces dans la presse spécialisée afin de trouver un médecin. Les premières réponses sont venues de sociétés spécialisées dans le recrutement des praticiens étrangers. 

Une généraliste roumaine est venue s’installer en juillet 2011 avec son mari et sa fille lycéenne. "On a mis à sa disposition un cabinet médical, le logement et on a payé toutes ses charges : l’eau, l’électricité, le chauffage", explique le maire Denis Boudeville chez nos confrères de La Croix.

Seul hic, le médecin a quitté le département quelques mois plus tard... 

A lire aussi

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus