Qui n'aime pas la crème Chantilly ? Que c'est bon avec une glace, un gâteau ou des fraises ! " O diroait ch'piot Jésus qui déchind dins vo gargatte aveuc des maronnes in vlours !" Mais qui l'a inventée et d'où vient-elle ? Jean-Mary Thomas nous raconte l'histoire de cette spécialité culinaire.

Par Julien Guéry

Version française :

Certains disent que c'est Vatel, le maître-cuisinier et l'intendant de Louis XIV et de son petit cousin Le grand Condé, propriétaire de Chantilly.

Nous sommes en avril 1671 et Vatel, d'origine picarde (il est né à Tournai en Belgique), réfléchit à l'organisation d'une réception gigantesque au château de Chantilly pour sceller la réconciliation des deux cousins qui s'étaient fâchés. Pendant trois jours vont se succéder de gargantuesques repas, des chasses effrénées, des feux d'artifice féériques et de nombreux divertissements d'un faste incroyable.

Tout se passait bien pour Vatel mais, quelques imprévus vont gâcher la belle fête ; le jeudi il n'y avait pas assez de rôti pour tous les invités. Imaginez l'angoisse de Vatel voyant princes et princesses en train de couper leurs tranches de rôti  en quatre pour se les partager !

Et l'histoire ne s'arrête pas là ! Le lendemain c'est vendredi : jour du poisson. Vatel a commandé des soles, des turbots par centaines aux chasse-marée d'Ault et de Saint-Valery-sur-Somme ; mais rien ne venait ! Ne sachant pas quoi faire il tente de passer un SOS (et aucun réseau sur le portable à l'époque !). Vexé, énervé, il se serait alors mis à battre si vigoureusement la crème qui devait accompagner le poisson que celle-ci aurait triplée de volume .

L'histoire se termine tragiquement : Vatel, humilié, ne supporte pas l'affront de ses ratés et se poignarde dans la cuisine du château ; avant de mourir il aurait dit : "On a au moins de la crème Chantilly ! ".

En fait, Vatel n'a jamais prononcé cette dernière phrase car la crème fouettée existait déjà bien avant lui.

C'est au 16è siècle en Italie que l'on trouve trace pour la première fois de la crème fouettée qui était alors sucrée et aromatisée. Son existence est mentionnée dans plusieurs textes où elle portait le joli nom de "neve di latte" (neige de lait).

Alors comment cette crème fouettée a t'elle pris le nom de crème Chantilly ? Il semblerait que cela  se soit passé un peu avant la Révolution Française lors d'une réception au hameau de Chantilly, résidence princière proche du château, où une baronne dira "n'avoir jamais mangé d'aussi bonne crème" mais sans la nommer. La référence à Chantilly vient sans doute à la réputation culinaire du château.

Mais qui l'a baptisée ainsi ? Mystère et tarte à la crème... Chantilly, bien sûr !

Version picarde 


Tchèche qui n'aime point d'crème Chantilly ? point gramint d'monne ! humm ! mais qu'est boin aveuc ène glache, du watieu o bien des catimurons ! o diroait ch'piot Jésus qui déchind dins vo gargatte aveuc des maronnes in vlours !.

Mais tchèche qui ll'o invintée ? éd d'où qu'al vient ? à intin-ne dire a sroait Vatel, éch moaite-tchuisigneu pi cagnotieu d'Louis XIV et pi d'sin piot cousin éch grand Condé, propriètaire d'éch catieu d'Chantilly.

O sonmes in 1671 quant Vatel, né natif éd Picardie Belge à Tournai, i buzit pour organiseu un bantchet pour des chints pi des chints d'gins in l'honneur éd chés deux cousins qui leu z'étoèt't ahoupés et pi qui s'ramissoèt't. Durant troès jours i n'vont point arréteu d'mieu pi d'boère des flopées d'boènes ceuses , d'alleu àl cache, éd foère la fête, d'erbayeu chés fus d'artifice et pi coère et pi coère...

Tout alloait fin bien pour Vatel mais ch'jeudi i s'o un molé berluré dsus chés quantités de rots, a foait qu'tout l'monne én n'a point ieu. O poveu magineu l'détrèche éd Vatel qui ravisoait chés princes pi chés princesses in route à copeu in quate leu bout d'fricot pour él partageu avec éz-zeutes!

Mais a n'étoait point fini ! él lindemain, vardi, ch'étoait l'jour d'éch pichon et pi Vatel il avoait cmindé des pégnieux d'boins pichons à chés cache-mérée du bourquéd'eut pi d'St Wary dins ch'Vimeux. Mais i né vnoèt't point ! i n'sait pu quoé foaire ! il essaye bien d' passeu un SOS aveuc sin portabe à chés cache-mérée mais point d'réseau ! épiné, énervé, i sé sroait alors, à intinne dire, mis à batte rondébilis, chol crème éd chol seuce pour chés pichons pi qu'al éroait triplé d'volume.

O connoait l'fin d'éch l'histoère. Vatel il o té tellmint humilié per éch l'affront qui s'in vo s'occir d'un coup d'sabe. Dvant défuncter il éroait dit : "au moins o z'avons dol crème Chantilly !".

In vrai, Vatel i n'o jamoais dit o, passque chol crème fouettée al existoait déjo dpis chu 16è sièque in Italie. Dins des viux lives d'erchettes o perle  d'ène crème fouettée chucrée qu'al o un bieu nom : "neve di latte", neige éd lait.

Alors, ecmint qu'a s'foait qu'chol crème lo al o prind l'nom d'Chantilly ? i san'ne qu'a rmonte un molé dvant l'Révolution Française ; din un bantchet à chu hameau d'Chantilly qui dépindoait d'éch catieu, ène baronne al éroait dit conme o :"éj n'ai jamoais mié d'aussi boène crème !" mais sins perleu d'Chantilly. Alors ch'est pététe l'érnomée éd cho tchuisine d'éch catieu qu'al o baillé sin nom à no crème.

Chol véritabe vérité vraimint vraie o né l'connaitrons jamoais ; a srouot toudis "mystère pi tartes à l'crème" ! Chantilly forchémint !