• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Les gens des Hauts

Le dimanche à 12h55
Logo de l'émission Les gens des Hauts

Chants, souterrains, pigeons voyageurs et cirque... Kamini découvre la ville de Laon

Kamini visite Laon ce dimanche 2 juin à 12H55 / © France Télévisions
Kamini visite Laon ce dimanche 2 juin à 12H55 / © France Télévisions

Pour ce nouvel épisode de Les gens des Hauts, Kamini nous convie en pays laonnois dans l’Aisne où l'on y fait d'étonnantes découvertes. Chanteurs, historiens et colombophiles... vivez avec eux de surprenantes aventures.

Par Elise Benoit

Revoir l'émission

Michel Seillier visite Laon en chantant 

Un air de guinguette, quelques chansons, un chapeau ... de nombreuses ruelles et beaucoup de notes ! Voilà la gaieté et la bonne humeur du guide chantant, Michel Seillier. Direction la cuve Saint Vincent où - dans l'ancien temps - le vin coulait à flot en pleine nature. Michel nous y raconte de croustillantes anecdotes.

Puis, avec son compère Kamini, il visite en chanson plus de 80 monuments historiques de Laon. Découverte de la porte d'Ardon, pour laquelle Henry IV se pâmait, ou la porte de Soissons qui protégeait l'entrée de la ville au XIIIe siècle.
 
Une chanson, Michel Seillier ?

"On ne s'arrêterait jamais de parler des monuments ou de la ville de Laon, c'est une vraie passion ... comme la chanson", confie Michel Seillier, guide chantant.


Les souterrains de la ville de Laon

Entrée des souterrains de la ville de Laon / © France Télévisions
Entrée des souterrains de la ville de Laon / © France Télévisions

Vous souhaitez vivre un peu de mystère ? Alors direction les souterrains de la ville de Laon. Bizarre, bizarre ? Vous avez dit bizarre ? Ces drôles de souterrains sont perchés et il faut crapahuter pour les trouver !

"Vous montez 83 mètres et vous redescendez après, ce qu'il fait que vous avez des souterrains en haut !"

Explications avec Denis Montagne, le responsable du service d'inspection des carrières de la ville de Laon. 


Le camp militaire Cenzub

Le Cenzub de Sissone / © France Télévisions
Le Cenzub de Sissone / © France Télévisions

Laon est une ville tout en hauteur dont le point culminant avoisine les 183 mètres. Avec une paire de jumelles, c'est l'endroit propice pour observer la plaine.

Dans celle-ci, aux alentours de Sissone, se trouve un camp militaire de 6 000 hectares qui abrite une base d'entraînement bien particulière, le Cenzub. Alors dégustation avec le caporal-chef de 1ère classe, Stéphane, qui s'occupe de la popote pour soutenir les soldats.

Puis visite guidée du Cenzub avec le commandant Quentin, chef de bataillon : "Le Cenzub 94e régiment d'infanterie, c'est une famille de 450 membres qui est le centre d'entraînement aux actions aux zones urbaines."

Enfin découverte du char Brennus avec Frédéric, brigadier chef de 1ère classe, un char des années 70 qui ne sert que pour l'entraînement des troupes.  
 
Kamini découvre le char Brennus


La passion de Dominique Casail

"La colombophilie, c'est l'art d'élever et de former des pigeons voyageurs", dévoile Dominique Casail / © France Télévisions
"La colombophilie, c'est l'art d'élever et de former des pigeons voyageurs", dévoile Dominique Casail / © France Télévisions

À quelques kilomètre de Laon, Kamini vole avec les pigeons voyageurs de Besny-et-Loizy. Il y rencontre un colombophile passionné, Dominique Casail qui nous présente ses plus beaux spécimens.

Quand on est colombophile de père en fils, on a été vacciné avec une plume. La colombophilie, c'est l'art d'élever et de former des pigeons voyageurs, dévoile Dominique Casail


La compagnie Isis

Kamini rencontre la compagnie Isis / © France Télévisions
Kamini rencontre la compagnie Isis / © France Télévisions

Un peu plus loin, à Pargny-Filain, la compagnie Isis nous donne rendez-vous pour découvrir le chapiteau d'un cirque de pleine campagne.

Caravane, voltige et ateliers, Marie-Paule Bancel nous conte l'histoire de sa famille de circassiens campagnards. Cette maman a aidé ses trois enfants à faire de leur passion, un métier ! Chapeau bas !
 
La compagnie Isis se dévoile

"C'était mon rêve, mon rêve de petite fille. Je voulais être trapéziste, avoir un costume à paillettes et voler ! Et j'ai eu de la chance parce que mes parents m'ont laissé le réaliser", explique Camille de la compagnie Isis.


Les Gens des Hauts, en pays laonnois

Présentée par Kamini
Écrite et réalisée par Pierre Verdez

A lire aussi

"On a voulu que cette BD soit spéciale"