Roule ma boule ! Jean-Mary Thomas, féru d'Histoire régionale et auteur de livres, retrace les grandes lignes de la destinée du billard en France.
Une histoire qui commence quand la Guerre de Cent Ans prend fin.

Par Julien Guéry

  • Version française
L'origine du jeu de billard n'est pas totalement avérée mais beaucoup s'accordent à dire qu'il s'agissait à la base d'un jeu de boules poussées par des bâtons et qu'il se jouait par terre, sur le sol.

Le jeu se transforme sous Louis XI, le roi qui mit fin à la Guerre de Cent Ans en signant le traité de Picquigny avec Edouard IV d'Angleterre en 1475. Le monarque, sans doute fatigué par la guerre, a mal au dos et ne peut plus se baisser. Il demande donc à son maitre-ébéniste, Henri de Vigne, de lui fabriquer une table pour qu'il puisse jouer sans avoir à se baisser. Posée sur quatre pieds, une longue de 8 pieds et large de 3 constituée d'une dalle en pierre recouverte d'un drap est inventée : le billard est né.

En ancien français le mot billard désignait à la fois une bille de bois et une sorte de bâton recourbé qui servait à la pousser sous des arceaux. C'était un peu le croquet de table. Au 16e siècle le terme billard définit la table et le jeu qui devient très populaire à Paris.
Le succès de ce jeu d'adresse ne se dément pas au cours des siècles suivants. Il est réservé à la noblesse mais il se démocratise à la Révolution. En 1790, il y a 800 salles de billard à Paris.

Si le billard français ou carambole, tel que nous le connaissons aujourd'hui apparait vers 1850 il a beaucoup évolué depuis Louis XI :
  • - l'arceau, la quille et les paniers autour de la table ont disparu.
  • - la table est entourée de planches recouvertes de tissu qui facilitent le rebond de la bille. Plus tard, grâce à Mr Goodyear ce seront des bandes en caoutchouc. Cette table d'abord en pierre puis en bois est aujourd'hui en ardoise de 2à 5 cm d'épaisseur.
  • - les billes, d'abord taillées dans les défenses d'éléphant, sont fabriquées en celluloïd puis en plastique. Une troisième bille, la rouge, apparue.
  • - le bâton recourbé a été remplacé par une queue à l'extrémité de laquelle on fixe le "procédé" ; cette petite rondelle de cuir révolutionne le jeu car elle permet de donner de l'effet à la bille et de faire soit des "rétros" (faire reculer sa bille après carambolage) soit des "coulés" (faire avancer sa bille après carambolage).
  • - pour éviter de faire "fausse queue", c.à.d. rater la percussion de sa bille, on enduit la rondelle de cuir de craie bleue pour améliorer le contact avec la bille lors de la frappe.
Dans les années 50, avant l'apparition du babyfoot et du flipper, le billard français était présent dans tous les bistrots. Jeunes et anciens du village s'y retrouvaient le weekend et quand il y avait un concours de dominos, les perdants faisaient ce qu'on appelait "la consolante", au billard en parties de 15, 30 ou 50 points que l'on marquait sur le boulier.
Des millions de joueurs s'adonnent au billard dans 120 pays. C'est un sport Intergénérationnel, accessible à tous et qui créé du lien social. Il entretient la forme, travaille le sens de l'anticipation et nécessite la sensibilité d'un artiste. et ça, c'est Einstein qui le dit !

  • Version picarde
O n'est point seur d'éch l'origine d'éch billard mais i y in n'o gramint qui ditt't qu'au cminchmint ch'étoait un ju d'boules qu'o faisoait rouleu par terre aveuc des bâtons.

Pi  chu ju il o cangé dsous Louis XI, chu roé qu'il o améré l'fin d'él djerre éd chint ans in signant ch'traité d'Picquigny avec Edouerd IV d'Ingléterre in 1475. Louis XI, sins doute ércran d'foaire la djerre, il o du meu à s'tchainne éd dos pi i n'peut pu s'bacheu. A foait qu'il o nmandé à sin moaite-ébénisse, Hinri de Vigne, éd li hanser ène tabe pour qui peuche jueu sins s'bacheu. Longue éd 2,40m pi lergue éd 90 cm, al est foaite d'ène dalle in pierre ércouverte d'in lincheu vert pi posée dsus 4 pieuds. Ch'billard il étoait né !

In viu Français ch'mot billard i voloait dire ène bille in bos qu'o poussoait dsous un arceau aveuc un bâton creuchu ; ch'étoait un molet ch'croquet d'tabe. Pu terd, au 16e sièque, billard a désignoait chol tabe pi chu ju qui vo dévnir populaire dins la capitale.
Dvant la Révolution  i n'y avoait qu'chés nobes qui juétt't mais apreu chu ju i so démocratisé pi il o yeu un succès du diabe : y avoait 800 salles éd billard à Péris in 1790.

Ch'billard français d'inhui, (qu'o z'appelle étou carambole), il o cminché alintour éd 1850 mais il o gramint cangé dpis Louis XI :
+ Cht'arceau, chol tchille pi chés pénieus i z'ont décanillé.
+ Chol tabe al est intourée d'plankettes aveuc du tissu pour miu foaire erbondir chés billes. Pu terd grâce à Mossieu Boène énée (Goodyear), a sro des bindes in caoutchouc pi chol tabe éd pierre o bien d'bos al sro in ardoèse éd 2 à 5 cm d'épais.
+ Chés billes qui z'étoait'té foaites in ivoère d'éléphant i vinront  in celluloïd pi in plastique pi y o ène troésième bille qu'al arrive : chol rouge.
+ Ch'bâton creuchu i vo dévnir tout d'droèt ; o l'appelle ène tcheue à d'où qu'o fixe d'un bout, ène tchote rondelle ed tchuir " éch "procédé", qui baille éd l'effet à chol bille quant o tape eddins. O peut foaire des "ratros" (foaire ertchuler s'bille apreu carambolage) o bien des "coulés"(foaire avancher s'bille apreu carambolage). Ej ju d'billard i nn'o té révolutionné.
+ Pour én point "tritcher" (foaire ène fausse tcheue) o met du merlon bleu dsus ch'bout d'tchuir ; éch contact aveuc chol bille i s'foait gramint miu quant o tape edsus.

Dins les énées 50, dvant qu'o voèche chés babyfoot pi chés flippeurs, y avoait des billards dins tous chés cabarets. Jonnes pi viux d'nos poéyis i juait't insanne pi quand i avoait un concours éd dominos, chés perdants i fsoét't éch qu'o z'apploait "chol consolante" au billard in parties éd 15, 30 pi 50 points qu'o martchoait dsus ch'boulier.

Inhui y o des millions d'jueus d'billard dins l'mon-ne. Ch'est un sport qui trécope tous chés générations pi qui foait du "lien social" comne o dit achteure. A foait travailleu ses musques, les boéyeus dé s'tête mais i feut avoèr étou gramint d'sinsibilité, conme un artiste.  Ch'est Einstein qui l'dit !