Vous êtes formidables

L'actu des Hauts-de-France que vous allez liker, du lundi au vendredi à 10h15
Logo de l'émission Vous êtes formidables

Le cavalier nordiste Nicolas Delmotte : “C’est vraiment une passion, il n’y a pas de pause”

Nicolas Delmotte / © France 3 Hauts-de-France
Nicolas Delmotte / © France 3 Hauts-de-France

Passionné d'équitation, vainqueur de la Coupe des Nations en 2017, Nicolas Delmotte rentre tout juste des jeux équestres mondiaux aux États-Unis. Il nous raconte ses compétitions. Rencontre !

Par Elise Benoit

Le cavalier douaisien Nicolas Delmotte est classé parmi les 10 meilleurs mondiaux en saut d’obstacles. 

Sa passion de l’équitation remonte à l’enfance : "J’ai commencé à l’âge de 8 ans dans un centre équestre", depuis il est de tous les concours. 

Pour les préparer, il s’entraîne sept jours sur sept : "C’est vraiment une passion, il n’y a pas de pause". 

Éleveur, il a 12 chevaux dans son écurie qu’il fait travailler quotidiennement. Il espère ainsi les faire progresser "sans qu’ils ne se blessent" et "pour les amener au plus haut niveau"
 
Nicolas Delmotte raconte ses compétitions d'équitation

Fin septembre, Nicolas Delmotte était en Caroline du Nord aux États-Unis. Avec l’équipe de France, il a participé aux jeux mondiaux où il est arrivé 9e par équipe avec le cheval Ilex VP  "Ilex, c’est mon cheval de tête qui fait les championnats".

Il continue néanmoins l’entraînement pour espérer se qualifier aux Jeux Olympiques. 

"C'était notre première participation à un Championnat du Monde à tous les deux et, même si je suis bien sûr un peu déçu du résultat, cela nous a permis de vivre une superbe aventure et de prendre de l'expérience", explique-t-il sur son site internet.

Pour cela, il s’entraîne d’arrache-pied pour les futurs championnats d’Europe qui auront lieu l’année prochaine, car seuls les gagnants auront un ticket d’entrée pour les JO. 

Un Grand Prix, c’est toujours de la concentration. On a de la pression, car on veut toujours réussir et gagner. Il faut toujours un peu de stress pour pouvoir être performant.

A lire aussi

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains