• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Vous êtes formidables

L'actu des Hauts-de-France que vous allez liker, du lundi au vendredi à 10h20
Logo de l'émission Vous êtes formidables

PORTRAIT. Pierre Duponchel, fondateur de l'association Le Relais

Pierre Duponchel, fondateur du relais
"Ma vie, elle est dans les gens, dans ce qui est utile, ce qui permet de jouer notre petit rôle à notre niveau pour que la société soit meilleure." / © France 3 Hauts-de-France
Pierre Duponchel, fondateur du relais "Ma vie, elle est dans les gens, dans ce qui est utile, ce qui permet de jouer notre petit rôle à notre niveau pour que la société soit meilleure." / © France 3 Hauts-de-France

L'association "Le Relais", c'est 3000 emplois générés grâce à des sacs de vêtements donnés par des anonymes. Portrait de son fondateur, Pierre Duponchel. Un homme simplement généreux.

Par Elise Benoit pour France 3 Hauts-de-France

C’est à Cambrai que tout a commencé. Nous sommes en 1984, Pierre Duponchel est alors ingénieur dans une grande entreprise. Il a trente ans et prend le risque de tout quitter pour aider les autres.

"J’étais dans un conseil d’administration d’une communauté Emmaüs à Cambrais. Et on voyait de plus en plus de jeunes qui arrivaient en communauté Emmaüs. Ce qui veut dire quelque part que la société était en train de dire aux plus jeunes qu’ils étaient de trop et qu’il n’y avait plus de place pour eux. Je refusais cette fatalité dans mon fort intérieur."

Pierre Duponchel, fondateur du relais


Trois hommes sont à l’origine du Relais : l’abbé Pierre, le père Léon et Pierre Duponchel.  Ils espéraient ainsi  "permettre à des gens qui sont en difficulté de retrouver par l’emploi une place entière dans la société."

Le Relais de Bruay-La-Buissière, c’est 5000 m2 et 1000 tonnes de vêtements triés chaque mois. Alors comment ça marche ?  Une fois le don effectué et envoyé dans l’entrepôt de tri, le craqueur ouvre les sacs et dépose les vêtements sur un tapis de tri. Puis les vêtements sont soit vendus dans des boutiques friperies, soit revalorisés en isolants thermiques et acoustiques conçus à partir de coton recyclé.

"L’objectif du tri, c’est d’extraire de ce qui a été récupéré-collecté tout ce qui va pouvoir être récupéré en vêtements. Et ça, c’est la priorité."

Le Relais, c’est aussi 85 magasins de reventes, une entreprise de recyclage de textile en isolant, 2000 emplois en France et 1000 emplois en Afrique où la friperie représente un quart des vêtements revendus sur le continent.


"Je pense que quand les gens mettent un sac dans un conteneur du Relais, ils ne s’aperçoivent pas de tout ce qu’il y a derrière, de tout l’impact social et économique qui est généré par ce simple geste."
 

Ma vie, elle est dans les gens, dans ce qui est utile, ce qui permet de jouer notre petit rôle à notre niveau pour que la société soit meilleure.

A lire aussi

Concours des plaidoiries des droits de l'Homme 2017 à Noyon