“Les Enchaînés” : infiltré dans des entreprises du Nord, il décrit le quotidien des plus précaires

Thomas Morel s'est notamment infiltré dans l'entreprise de chocolats Cemoi. / © MAXPPP
Thomas Morel s'est notamment infiltré dans l'entreprise de chocolats Cemoi. / © MAXPPP

Pendant plusieurs mois, le journaliste Thomas Morel s'est infiltré dans des grandes entreprises du Nord pour décrire le quotidien des employés les plus précaires. Il sort aujourd'hui un livre poignant. 

Par Jeanne Blanquart

Employé à la chaîne chez Toyota, vendeur de contrats d'électricité, télé-opérateur dans une société de crédits, ouvrier à la chaîne dans l'entreprise de chocolats Cemoi : pendant plusieurs mois, le journaliste Thomas Morel s'est fait embaucher dans plusieurs grandes entreprises du Nord pour décrire, au mieux, le quotidien des travailleurs les plus précaires

Le choix du Nord, d'abord, pour des raisons historiques et contextuelles. "Cette région est symptomatique du monde du travail du début du XXIe siècle", explique Thomas Morel. "Il y a eu un certain nombre d'usine textiles qui ont fermé dans le Nord, il y a eu les mines, les gens se sont retrouvés au chômage... C'est une région qui est en reconstruction du point de vue de l'emploi."


Le travail à la chaîne, c'est quoi ? 


De son long travail d'enquête sort aujourd'hui un livre, "Les Enchaînés", où il raconte son expérience dans chacune des entreprises infiltrées. Une grande place est accordée aux dialogues, à ceux qu'il mène avec ses collègues autour d'une même chaîne, lors des rapides pauses. A ce moment-là, personne ne sait qu'il est journaliste. "En optant pour cette démarche-là, il y a forcément une forme de trahison dans le sens où dans les entreprises où j'ai travaillé, les gens que je cotoyais ne savaient pas pourquoi j'étais là.

© Les Arènes
© Les Arènes


Mais cette infiltration lui permet d'avoir accès à une réalité rarement montrée dans les médias généralistes. "Moi je voulais simplement raconter ce qu'est leur quotidien, ce qu'est le travail à la chaîne, se lever à 5h du matin ou même souvent plus tôt, 3h30 ou 4h, pour aller visser des trains arrières de voitures", poursuit Thomas Morel. 

Une description pointilliste du monde du travail, qu'il tenait à mettre en lumière : "ce que l'homme donne à faire à l'autre homme, les différentes formes d'emploi, on n'en parle absolument jamais." "On est loin des rendez-vous d'entreprises qu'on peut retrouver dans un certain nombre de médias. Si on prend l'exemple de Toyota par exemple, des médias comme la Voix du Nord ou France 3 vont en parler dans des termes qui sont souvent liés à la communication : "Toyota vient de sortir sa nouvelle Yaris", "Toyota va embaucher 500 intérimaires"..."

Son travail d'enquête, "Les Enchaînés" est publié par les éditions Les Arènes. A commander en ligne, ou en librairie à partir de ce mercredi


Sur le même sujet

Extrait "Enquêtes de Région", Animation

Près de chez vous

Les + Lus