Fin d'une époque : le fondateur de Radio Caroline, symbole des radios pirates, est mort

Ronan O’Rahilly, le créateur de "Radio Caroline", s'est éteint à l’âge de 79 ans. Cette radio pirate qu’il avait fondée en 1964, était devenue culte au point de concurrencer le monopole de la BBC. Il restera comme l’inventeur de la radio libre.

Ronan O’Rahilly, le fondateur de Radio Caroline, et l'un de ses navires émetteurs, au large de l'Angleterre.
Ronan O’Rahilly, le fondateur de Radio Caroline, et l'un de ses navires émetteurs, au large de l'Angleterre. © Eric Koch / Anefo / Third ear / WIKICOMMONS
C'est radio Caroline qui l'a annoncé ce lundi 20 avril, sur son antenne. Son créateur Ronan O’Rahilly est décédé en Irlande des suites d’une longue maladie. Fondateur en 1964 de cette radio pirate britannique qui a émis jusqu'en 1990, depuis un bateau établi en mer du Nord.  A l'époque, cette grande rivale de la BBC, à permis Ronan O’Rahilly de lancé sur ses ondes, de nombreux musiciens. Devenue culte, cette radio continue de diffuser au large des côtes de l'Essex.
 


Love, peace and good music


Ronan O’Rahilly, jeune homme irlandais, est dans les années 60, un manager d’artistes peu connus. Il tente de faire émerger ces talents sur la BBC, qui possède alors le monopole des ondes britanniques. Mais à l'époque, la BBC ne diffusait pas plus d'une à deux heures de musique pop par semaine et uniquement des tubes proposés par les deux labels qui règnent alors sur l’industrie musicale : EMI et Decca. Le rock et la pop n'avaient pas bonne réputation.

Visionnaire, Ronan O’Rahilly, décide en 1964, d'acquérir le "Frédérica", un vieux ferry danois, amarré dans les eaux internationales au large d’Harwich (Essex) et d'y installer une radio. Radio Caroline, du nom de la fille du président américain John Fitzgerald est née et le succès est fulgurant : 7 millions d'auditeurs puis dés 1965, ils seront 39 millions ! 
 

Radio Caroline diffusera des morceaux de musique en mer, 24 heures sur 24, jusqu'en 1991, malgré l'interdiction en 1967, des radios pirates. Van Morrison, Leonard Cohen, Cat Stevens, les Stones, Kinks, Turtles, les Who, les Beach Boys, ... et bien sûr les Beatles, faisant de ce jeune homme de 25 ans, Ronan O’Rahilly, un millionnaire. Son initiative força la BBC à lancer sa propre station pop, Radio 1, qui employait des présentateurs de la station pirate !

Mais la roue tourne, en mars 1968, Radio Caroline cesse d’émettre à cause de problèmes financiers. Aprés plusieurs tentatives infructueuses, des achats de bateaux et "des rebondissements de toutes sortes dignes d'un roman d'aventure. Une station du nom de Radio Caroline apparaît sur internet puis en ondes moyennes, contre la volonté de Ronan O’Rahilly " nous précise l'Ardrésien Robert Magniez, secrétaire France Radio Club et rédacteur à Offshore Échos Magazine. C'est cette station qui diffuse sur les ondes moyennes depuis 2017.

 
Radio Caroline

Son histoire avait inspiré en 2009, le film "Good Morning England", comédie de Richard Curtis, retraçant le phénomène des radios pirates au Royaume-Uni. 
 

Hommages des fans et de la profession


Dès l'annonce de la disparition, le présentateur de BBC Radio 2, Johnnie Walker , qui avait commencé sa carrière avec Radio Caroline, lui a rendu hommage dans un de ses tweet : “Adieu au fondateur de Radio Caroline, Ronan O'Rahilly, l'homme qui rendit possible l'impossible et qui a changé la radio à tout jamais.
 
Les habitants de la Côte d'Opale et plus particulièrement les Calaisiens ont toujours eu un lien particulier avec Radio Caroline. Sa musique était écoutée par de nombreux auditeurs de notre côte dont Robert Magniez :  "J'ai toujours été passionné par cette formidable aventure radio. Ce concept d'un navire diffusant de la musique, sans contrainte, totalement libre et au milieu de la mer a bouleversé notre époque. La premiére fois que j'ai rencontré Ronan O’Rahilly, c'était en 1987, à bord du bateau. J'avais fait la traversée avec les ravitailleurs de l'époque. J'en garde un souvenir trés fort. " 


 
À Calais, on demande le classement en monument historique du bateau "Ross Revenge" de Radio Caroline


Très discret, le pionnier de la radio libre avait accepté de venir à Calais, plusieurs fois dans les années 90 à l'invitation de l'association France Radio Club. Depuis des années, Robert Magniez et les amoureux de Radio Caroline aimeraient faire reconnaitre cet héritage radiophonique et maritime comme un patrimoine européen.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
royaume-uni international musique culture côte d'opale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter