"En voiture Nina et Simon.e.s", un van itinérant pour échanger autour de la sexualité dans les Hauts-de-France

Un point itinérant d’écoute et de conseils, baptisé "En voiture Nina et Simon.e.s" sillonne depuis jeudi 4 février 2020 les routes du Nord et de l’Aisne. Le but : aller à la rencontre des personnes isolées et échanger autour de questions liées à la sexualité.

Inratable, le van Nina et Simon.e.s sillonne depuis le 4 février les villages du Nord et de l'Aisne.
Inratable, le van Nina et Simon.e.s sillonne depuis le 4 février les villages du Nord et de l'Aisne. © Nina et Simon.e.s

Une initiative expérimentale et unique en France. Pendant un an, "En voiture Nina et Simon.e.s", un point d'écoute itinérant, sous la forme d'une camionnette jaune, se déplacera de villages en villages afin d'offrir conseils, écoute et orientation sur des questions de sexualité. Le périple a débuté jeudi 4 février dans le Nord et dans l’Aisne.

C'est face au succès du point d'écoute fixe "Nina et Simon.e.s" installé au centre commercial V2 de Villeneuve-d'Ascq dans le Nord, que l'idée est venue. "À ce jour environ 610 personnes sont venues nous rencontrer à V2. C'est énorme ! Alors on s'est dit qu’on devait vraiment aller vers les gens, qu’il fallait aller sur les marchés, devant les lycées... Afin de répondre à un besoin d'écoute des personnes plus isolées", raconte Hindati Simpara, directrice régionale déléguée aux droits des femmes et à l’égalité et pilote du projet. À l'intérieur du van : plaids, coussins et tasses de thé, mais surtout, associations et intervenants sociaux à votre disposition. 

Parmi les thèmes abordés, la PMA (Procréation médicalement assistée), la transidentité, le genre, etc. "Ce matin, j'étais à Bavay, un village de 3000 habitants. On était sur le marché et c'était exceptionnel comme échange ! On a quand même parlé de clitoris avec une femme de 60 ans ! (rires)", raconte Hindati Simpara. Les violences conjugales et sexistes sont également abordées : "Le premier sujet abordé reste les violences. Ce point d'écoute permet de répérer des personnes en difficulté, victimes de violence et qui n'osent pas parler. On sous-estime le nombre de personnes touchées".

La semaine prochaine, le van se déplacera à Merville et au faubourg de Béthune à Lille pour ensuite se rendre à Maubeuge puis à Petite-Fôret. "On construit notre itinéraire avec les communes qui veulent bien nous accueillir", conclue Hindati Simpara. Les prochains lieux seront annoncés sur la page Facebook de Nina et Simon.e.s.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société