Jean Castex "assume totalement" la nomination de Gérald Darmanin, malgré la plainte pour viol

Le Premier ministre Jean Castex a défendu ce mercredi matin son choix de nommer Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur.

Jean Castex / Gérald Darmanin, ce mardi 7 juillet 2020
Jean Castex / Gérald Darmanin, ce mardi 7 juillet 2020 © MEHDI FEDOUACH / POOL / AFP
"J'assume." Jean Castex, Premier ministre, assume la nomination place Beauveau de Gérald Darmanin. Le maire de Tourcoing, ancien ministre de l'Action et des comptes publics, est visé par une plainte pour viol. Des associations féministes ont protesté contre sa nomination. 

"Pour des raisons politiques, personnelles, tout ce qui touche aux violences intra-conjugales, aux questions de viols, me sont particulièrement chères", a indiqué sur BFMTV Jean Castex. Avant d'ajouter : "J’assume cette désignation. Gérard Darmanin a droit, comme tout le monde, à la présomption d’innocence. Il y a déjà eu sur ces mêmes faits des actes d'instruction qui ont été clairement des actes de rejetJe ne l'aurais pas fait si j'avais le moindre doute, la moindre interrogation". L'entourage du Président a fait savoir lundi soir que cette plainte ne constituait "pas un obstacle" à sa nomination en tant que ministre de l'Intérieur, qu'elle semblait évoluer dans le bon sens, ce qui a déclenché la "colère" des féministes. A Lille, ce mardi, une cinquantaine de manifestants sont venus protester Place de la République, contre la nomination d'Eric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin dans le nouveau gouvernement. A Paris, une vingtaine de militantes féministes se sont rassemblées mardi non loin du ministère de l'Intérieur, scandant "Darmanin démission" et "Darmanin violeur" pendant la passation de pouvoir entre Christophe Castaner et Gérald Darmanin. Gérald Darmanin est accusé de viols par une femme depuis plusieurs années. On pensait l'affaire classée mais la cour d'appel de Paris a ordonné le 11 juin dernier la reprise des investigations concernant cette plainte de 2009. En mars de cette année-là, Sophie Patterson-Spatz s'était adressée au jeune élu, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP (ancêtre de LR), pour tenter de faire annuler une condamnation de 2004 pour chantage et appels malveillants contre un ex-compagnon. Selon elle, Gérald Darmanin, aujourd'hui âgé de 37 ans, lui aurait fait miroiter son appui en échange de faveurs sexuelles. Entendu en audition libre le 12 février 2018, Gérald Darmanin a confirmé avoir eu une relation sexuelle avec Mme Patterson-Spatz, mais selon lui librement consentie et à l'initiative de la plaignante.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gérald darmanin politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter