Législatives - Nord / Pas-de-Calais : 7 choses à retenir du 1er tour

© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP

L'article à lire si vous n'avez pas suivi la soirée du 1er tour des élections législatives. 

Par EM avec AFP

1. Abstention record


54% d'abstention dans le Nord. 50,5% dans le Pas-de-Calais. C'est l'un des faits marquants de ce 1er tour des élections législatives. Jamais la participation n'avait été aussi faible depuis 60 ans. Plus d'un électeur sur deux ne s'est pas déplacé. 

2. Raz-de-marée En marche!

Le parti du président Emmanuel Macron se dirige vers une victoire écrasante au plan national. Selon les projections par sièges, le mouvement présidentiel, la République En Marche (REM), et son allié du MoDem raviraient dimanche prochain entre 400 et 455 des 577 sièges de l'Assemblée nationale, largement au-dessus de la majorité absolue (289 élus). Dans la région, on suit la même tendance. Le mouvement d'Emmanuel Macron pourrait rafler 25 des 33 circonscriptions du Nord et du Pas-de-Calais. En marche! présentait des candidats pour la plupart inconnus. Ils réussissent tous des scores spectaculaires particulièrement dans la métropole lilloise. 
Législatives Nord / Pas-de-Calais : la vague En marche!

Au total, LREM (et son allié du MODEM), largement en tête dans le département, totalise 26,8% des voix dans le Nord, 27,3% dans le Pas-de-Calais. 

3. Les Républicains en net recul 

La percée spectaculaire d'En marche! menace aussi la droite classique : dans sa circonscription du Touquet, dont il est maire, Daniel Fasquelle est en ballottage difficile face à un candidat REM dont la suppléante est une fille de Brigitte Macron. A Tourcoing, Vincent Ledoux (LR), successeur de Gérald Darmanin à l'Assemblée, est, lui, en ballottage serré face à une candidate REM.


Lors des précédentes législatives de 2012, l'UMP, l'UDI avaient obtenu 9 sièges de député dans le Nord et un dans le Pas-de-Calais.

4. Il ne fait pas bon être député sortant


La plupart des députés sortants sont, soit éliminés, soit en mauvaise posture en vue du 2ème tour. Même dans des fiefs comme Marcq-en-Baroeul (Bernard Gérard 2ème). Le phénomène est vrai pour quaisment tous les partis. Christian Bataille, député de la 12ème cirsonscription, qui se repérsentait en misant sur son implantation locale réalise 8,05% des voix. 

Autre défaite symbolique : dans le Pas-de-Calais, Stéphane Saint-André, député sortant, réalise 11,9% des voix et est éliminé dès le 1er tour. 

5. Le PS, c'est fini


Fief historique du PS, le Nord Pas-de-Calais, qui avait élu 17 députés de ce parti en 2012, n'en aura plus aucun demain. Arrivé il y a trois ans à Lille, François Lamy, le lieutenant de Martine Aubry au niveau national, venu de l'Essonne, échoue à la 4e place avec 9,14% seulement, dans un scrutin marqué dans toute la région par une abstention record.
Législatives Nord / Pas-de-Calais : le PS balayé

Presqu'aussi symbolique, une autre proche de Mme Aubry, la députée sortante Audrey Linkenheld est devancée dans la circonscription voisine, malgré une très bonne réputation, par une candidate REM pourtant condamnée à de la prison avec sursis pour fabrication de faux diplôme, ainsi que par un candidat LFI. Dans le Nord et le Pas-de-Calais seules réchappent de la grande lessive deux femmes issues du PS qui ont bénéficié du soutien ou de la neutralité du mouvement d'Emmanuel Macron.

6. Le FN aura 0 à 3 députés


Le FN va peut-être avoir des députés nordistes dans la nouvelle Assemblée. Notamment en provenance de l'ex-bassin minier, où le FN confirme
sa prédominance : outre la performance de Marine Le Pen, en position de force à Hénin-Beaumont, le leader du parti en Hauts-de-France, Sébastien Chenu (33%), garde ses chances à Denain (Nord). Le FN réalise aussi plus de 30% à Bruay, Liévin et Lens. A Calais, le beau-frère de Marine Le Pen, Philippe Olivier, sort aussi en tête avec 24,4%, mais aura fort à faire face à un jeune maire LR.

7. Le PC résiste, La France insoumise au 2nd tour dans deux circonscriptions


Le PCF s'en sort bien mieux, étant en ballottage dans trois circonscriptions du Nord et peut espérer conserver ses sièges grâce à de nouveaux venus. Fabien Roussel, qui veut succéder à Alain Bocquet, est par exemple en tête dans la 20ème circonscription. 

La France Insoumise, mouvement de Jean-Luc Mélenchon a réussi à qualifier deux candidats, dans les 1ère et 2ème circonscription du Nord. Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis se sont qualifiés dans deux bastions socialistes. 

A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Calais : un ferry avec plus de 300 personnes à bord s'échoue dans le port

Près de chez vous

Les + Lus