Le LOSC réagit et arrache la victoire à Strasbourg

Fin de la série noire pour Lille: mené au score, le Losc, qui restait sur trois défaites en championnat, a inversé la tendance pour s'imposer (2-1) à Strasbourg et se replacer dans la course au podium, samedi lors de la 22e journée de L1.

Par AFP

Trois jours après une piteuse élimination (2-1) en Coupe de France sur la pelouse des amateurs d'Epinal, qui évoluent en quatrième division, les Dogues ont encore montré des signes de faiblesse mais ont eu le mérite de s'accrocher pour ramener une victoire capitale de la Meinau.

Menés d'entrée après un but gag d'Adrien Thomasson (12e), les Lillois, qui ont monopolisé le ballon, ont renversé la vapeur après la pause grâce à un but de la tête du défenseur brésilien Gabriel (65e) puis un penalty transformé par l'inévitable buteur nigérian Victor Osimhen (80e).


Retour au pied du podium 



Ce deuxième succès de la saison à l'extérieur en championnat permet aux Nordistes de se replacer au pied du podium avec 34 points, à six longueurs du troisième, Rennes, qu'ils recevront mardi, et huit de Marseille, en déplacement à Bordeaux dimanche.

Le Racing, qui avait remporté un succès probant à Monaco (3-1) le week-end dernier, recule au neuvième rang (30 points). Après un début de match équilibré, le Losc a offert l'ouverture du score au Racing sur une énorme bévue: après avoir capté un centre, Mike Maignan donne le ballon à Renato Sanches juste devant la surface, mais ce dernier, pressé par Majeed Waris, glisse et Thomasson en profite pour crucifier le gardien nordiste (1-0, 12e).

 


Assommés, les Dogues ont vite retrouvé leurs esprits pour prendre le contrôle des opérations et monopoliser le ballon. Ainsi, sur un corner de Sanches, Xeka s'est procuré la première grosse occasion lilloise d'une tête repoussée sur sa ligne par Kenny Lala (29e). Et dans la foulée, Victor Osimhen a enchaîné un contrôle orienté et une frappe puissante qui s'est écrasée sur la barre transversale (30e).
 

Coaching gagnant




Mais la réaction du RCSA n'a pas tardé: Maignan, déjà pas exempt de tout reproche sur le premier but alsacien, a failli se faire punir après avoir glissé en sortant en dehors de sa surface (34e), puis sur un corner, le portier lillois manque son dégagement devant Lionel Carole mais Xeka dégage en catastrophe (36e).

 Lille a continué de monopoliser le ballon après le repos, mais sans parvenir à inquiéter la solide défense strasbourgeoise, alors que Ludovic Ajorque a manqué de peu le but du K-O dès la reprise (48e). Finalement, sur un corner joué vite par Sanches, Jonathan Ikoné, entré en jeu peu avant, a délivré un centre parfait que Gabriel a repris d'une tête piquée imparable (1-1, 65e).

 



Fort de cette égalisation méritée, Lille a poussé pour enfoncer le clou et a été récompensé: une volée de Luiz Araujo, qui venait de remplacer Loïc Rémy, a été détournée de la main par Carole das la surface, et Osimhen n'a pas laissé passer l'aubaine. Le Nigérian a inscrit son 11e but de la saison en L1 pour offrir un succès primordial aux siens (1-2, 80e).
 


Avec son coaching gagnant, Christophe Galtier a remis son équipe sur les bons rails. Mais il faudra confirmer dans trois jours face aux Rennais, sous peine de voir s'éloigner pour de bon la perspective de retrouver la Ligue des champions l'an prochain.


 

Strasbourg -LOSC : les réactions

Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg) : "On a fait une bonne première période mais les Lillois avaient des possibilités. Plus le match avançait, plus Lille prenait le dessus. On a bien commencé mais on n'a pas saisi l'occasion d'enfoncer le clou. En deuxième période, ils sont venus avec plus de dynamisme dans leur jeu mais on n'était pas en grand danger non plus. On sentait que les situations étaient de plus en plus nombreuses. Le regret est d'avoir encaissé un but sur une phase arrêtée. On n'a pas été suffisamment vigilant, on n'a pas su garder les ballons qu'on a récupérés. On prend un but sur un penalty logique mais ce sont des petites erreurs qui coûtent cher. Eux ont eu l'efficacité qu'il fallait. On a vu une équipe qui a joué des matches de Ligue des champions avec toute la rigueur que cela réclame. Ça fait partie du jeu, ils ont su être efficaces quand on leur en a laissé la possibilité. Ça doit nous faire comprendre l'exigence de ces matches-là. Quand on mène 1-0, il faut savoir garder cet avantage. On savait que si on l'emportait, on faisait une bonne affaire. Mais il faut le reconnaître, on a souffert physiquement en deuxième période. Lille n'a rien volé."

Christophe Galtier (entraîneur de Lille) : "Le but que nous subissons nous met à l'envers même si Strasbourg ne s'était pas créé beaucoup d'occasions jusqu'au but. On a tenu tant bien que mal jusqu'à la pause. Après, c'était mieux en seconde période. Le jeu positionné était mieux posé (...) Quand il y a des mauvais résultats, il y a de la colère, de la frustration de la remise en cause. Je suis là, l'entraîneur doit maintenir le cap et ne pas trembler quand ça ne va pas. Ne pas tanguer mais travailler sur ses convictions. Vous parlez de crise mais ce n'est pas ce que j'ai ressenti sur la préparation du match à Strasbourg. On a réussi à s'isoler sérieusement en étant précis sur ce qu'on voulait faire. Ça ne reste qu'une victoire, il faudra faire des points derrière mardi et vendredi. J'ai assez d'expérience pour savoir qu'il faut être lucide sur l'analyse. On a gagné, c'est bien mais c'est à la fin de la semaine qu'on verra si on est mieux. J'ai vu des erreurs techniques inhabituelles en première période, beaucoup trop de précipitations alors qu'il y avait des situations où on pouvait faire très mal."
 

Sur le même sujet

Les + Lus