LOSC : Boufal, trop vite, trop haut

Trop de pression ou mauvaise passe ? Meilleur buteur et sauveur du LOSC en début de saison, le jeune meneur de jeu Sofiane Boufal marque nettement le pas et doit faire face aux critiques de son entraîneur et à l'agacement de certains partenaires.

Sofiane Boufal (LOSC).
Sofiane Boufal (LOSC). © MAXPPP
Auteur de quatre des six buts marqués par les Dogues en 12 rencontres de championnat, le joueur formé à Angers, qu'il a quitté pour le Nord en janvier dernier, s'est vu remettre les clés du jeu lillois cette saison après seulement six mois d'expérience dans l'élite. Très performant en août et septembre, Boufal avait été encensé par la presse. Mais depuis un mois, le milieu de terrain de 22 ans traverse une zone de turbulences et semble entraîner avec le lui le Losc, triste 16e de Ligue 1, qui compte peut-être un peu trop sur lui.
bu boufal
"Ce n'est pas le club et son entourage qui lui mettent la pression, se défend Jean-Michel Vandamme, directeur général adjoint du Losc. Les médias en font un peu trop et ça ne lui rend pas service. Il a beaucoup de talent, mais tout va très vite, trop vite. Il faut lui laisser le temps de se construire, de digérer cette médiatisation." Ses équipiers, qui en match lui donnent volontiers le cuir en espérant qu'il débloquera la situation, commencent désormais à s'agacer de le voir monopoliser le ballon.

Il en va de même à l'entraînement. Ainsi, le défenseur central Renato Civelli, connu pour son fort tempérament, a eu une altercation avec Boufal la semaine dernière. L'Argentin, agacé de voir le milieu trop porter la balle, l'a fauché d'une balayette et les deux joueurs ont dû être séparés par leurs partenaires. Cet incident est intervenu au lendemain du 16e de finale de Coupe de la Ligue contre Troyes (2-1) où le natif de Paris avait été remplacé à la pause par un jeune issu du centre de formation après une première période très médiocre.

"Il faut qu'il se plie au collectif"

Deux jours plus tard, à la veille du match Nice-Lille, son entraîneur Hervé Renard l'avait recadré vertement en conférence de presse. "Je n'ai rien à expliquer. Il faut qu'il se plie au collectif, il n'y a pas de passe-droit, c'est pareil pour tout le monde", avait-t-il lancé. La semaine précédente, déjà, le technicien n'avait pas hésité à souligner la mauvaise prestation de son meneur de jeu après la défaite à domicile face à Marseille (1-2). "Ce soir on n'a pas vu Sofiane Boufal. Il était en-dessous par rapport à ce qu'il est capable de faire."

Renard semble hésiter entre protéger son poulain et lui lancer des piques pour le faire réagir. "Il a des partenaires qui jouent pour lui et le fait de mentionner tout le temps son nom lui a peut-être ajouté de la pression", a-t-il reconnu. Pour autant, il maintient sa confiance au joueur qu'il a toujours titularisé cette saison. Il faut dire qu'il n'a pas vraiment le choix vu la pauvreté de son secteur offensif, fruit d'un recrutement un peu hasardeux.
Boufal, qui refuse de s'exprimer face à la presse, a-t-il trop de responsabilités et de pression à supporter ? Au regard de son âge et de sa courte expérience du haut niveau, sans aucun doute.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
losc football sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter