LOSC : confirmation face à Nice ?

Métamorphosé depuis l'arrivée sur le banc de Frédéric Antonetti fin novembre, Lille (11e) veut confirmer face à Nice (5e) pour basculer enfin dans la première moitié de classement, dimanche (17h00) lors de la 20e journée de Ligue 1.

Depuis la défaite à Angers cinq jours après l'arrivée dans le Nord du technicien corse, le LOSC, alors moribond et relégable, a changé de visage et retrouvé des couleurs. Avec trois victoires et un nul en décembre, le club lillois s'est complètement relancé et regarde désormais vers le haut du classement.

En cas de succès sur leur pelouse du stade Pierre-Mauroy dimanche, les Dogues se rapprocheraient à deux longueurs de leurs adversaires azuréens
et reviendraient dans la course aux places européennes.

Antonetti, qui a remplacé Hervé Renard, renvoyé début novembre, est pour beaucoup dans ce renouveau inespéré. Tout d'abord, il a longuement parlé avec ses joueurs, collectivement mais aussi individuellement, afin de les placer devant leurs responsabilités mais surtout de redonner confiance à chacun. "L'état d'esprit des joueurs a été fondamental dans cette série, c'est plus facile de greffer l'aspect tactico-technique à un état d'esprit irréprochable. Mais il n'y a pas de méthode Antonetti. Chaque entraîneur à sa façon de travailler, son expérience", explique-t-il.

Dès son arrivée, le Corse a abandonné la défense à trois de son prédécesseur pour revenir à une défense à quatre joueurs. Avec un système en 4-3-3, l'équipe lilloise a gagné en solidité et a concédé beaucoup moins d'occasions.

Plus tournée vers l'offensive, elle s'est également montrée plus dangereuse et a enfin retrouvé de l'efficacité, à l'image de Yassine Benzia. Repositionné en pointe, son poste de prédilection, l'ancien Lyonnais a offert la victoire au Losc face à Saint-Etienne (1-0) et à Caen (2-1). Eric Bauthéac, qui semblait un peu perdu dans son couloir gauche avec Renard, est remonté d'un cran et pèse plus le jeu. Face à Lorient (3-0), il a même inscrit un doublé pour mettre son équipe sur la voie du succès.


'Beaucoup de choses à améliorer'

Antonetti, qui insiste beaucoup sur l'état d'esprit, a également instauré des séances vidéos beaucoup plus régulières et poussées que sous l'ère Renard afin que les joueurs connaissent mieux leurs adversaires. "Il faut aider les joueurs à travers les vidéos et les entraînements afin d'avoir le maximum de possibilités : être capable de presser haut, de subir ou de faire des attaques placées", détaille-t-il.

Les arrivées des milieux Morgan Amalfitano et Rony Lopes, qui seront opérationnels fin janvier, vont offrir encore d'autres alternatives à l'entraîneur corse, qui voudrait que son équipe se projette plus vite vers l'avant.

En attendant, les Nordistes vont devoir bien gérer une série de cinq matches en treize jours, toutes compétitions confondues. Et le premier face à Nice ne sera pas le moins difficile, même si les Aiglons n'ont gagné qu'un seul de leurs cinq dernier matches de L1.

"Il y a beaucoup de choses à améliorer. Il faut regarder le contenu, pas seulement le résultat. Même si on est dans une bonne dynamique, il faut rester vigilant et ça peut redevenir compliqué très vite, insiste-t-il. Les choses ne se décanteront pas avant fin mars. Rien n'est acquis dans ce championnat très serré."