• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Louvre-Lens : la baisse de la fréquentation inquiète les élus

© MaxPPP
© MaxPPP

C'est un constat qui fait grincer quelques dents dans le bassin minier. La baisse de fréquentation du Louvre-Lens inquiiète. Après un départ en fanfare lors de son ouverture en 2013 avec 900 000 visiteurs la première année, les résultats sont désormais sous les prévisions.

Par f3nord

4 décembre 2012, le Louvre-Lens est inauguré en grande pompe. Très vite, le succès est au rendez-vous : 900 000 visiteurs contre les 750 000 attendus  la première année.Trois ans plus tard et pour la première fois, le Louvre-Lens voit sa fréquentation baisser avec 400 000 visiteurs en 2015 contre les 500 000 prévus.
La fréquentation du Louvre-Lens en baisse

Il faut "se bouger"                                                                              

Le 24 mars dernier, Daniel Percheron, l'ancien président de région et père du Louvre-Lens, sort de ses gonds : " Il faut que le Louvre-Lens se bouge !" . Et il y a 4 jours, sur France 3 Nord-Pas-de-Calais, dans l' émission politique "La voix est libre", Jean-Pierre Bataille, rapporteur du budget et conseiller régional de la majorité va plus loin ." Est-ce que le Louvre de Paris ne doit pas financer le déficit du Louvre-Lens, plus qu'il ne l'a fait jusqu'à présent ?" s'interroge t-il.

Comment réagir ?                                                                                             

Tassement prévisible à l'instar du musée Pompidou à Metz, ou encore "effet attentat", la baisse de la fréquentation s'explique. Mais il reste à mener une réflexion sur le choix des expositions. "La facilité c'est d'aller vers Modigliani, d'amener La Joconde au Louvre-Lens. Là, oui, on casserait la baraque. avoue Catherine Ferrar, administratrice générale du Louvre Lens. Ou faut-il continuer, comme c'est la vocation du musée, à éduquer, à faire découvrir aux habitants de la région des oeuvres, plus accessibles ici "

 La région vigilante                                                                                           

De son côté, la région, qui verse 10 millions des 15 millions d'Euros de budget annuel se veut volontariste et vigilante. Autrement dit, elle est décidée à exercer son droit de regard. Pour François Decoster, vice-président en charge de la culture au Conseil Régional ,"Le louvre-Lens fait partie du paysage régional. C'est une formidable locomotive. Et la locomotive doit aller à la vitesse du TGV."                                                                                                 
Une locomotive qui innove, d'où l'idée de cet appel aux dons individuels, avec ces urnes installée au sein du Louvre- Lens depuis la semaine dernière.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus