“Ma fille ne mérite pas de mourir” : la mère d'une jihadiste nordiste retenue en Syrie va porter plainte contre l'Etat

Une photo prise le 17 octobre dans la camp d'Al-Hol en Syrie / © Delil SOULEIMAN / AFP
Une photo prise le 17 octobre dans la camp d'Al-Hol en Syrie / © Delil SOULEIMAN / AFP

Elle reproche au ministre de la Justice et à celui des Affaires étrangères de ne pas porter secours à sa fille et ses petits-enfants.

Par @F3nord

Elle a décidé d'en appeler à la justice. Pascale D. originaire du Boulonnais, veut porter plainte contre deux ministres devant la Cour de justice de la République : Nicole Belloubet, Garde des Sceaux et Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense. Avec son avocat, elle veut qu'ils soient jugés pour "omission de porter secours" et "atteinte à la liberté individuelle". 

"Il faut que ces ministres sachent qu'ils porteront personnellement la responsabilité juridique, morale, du décès du moindre enfant français dans ces camps. Ils auront du sang sur les mains", a expliqué lors d'une conférence de presse maître Emmanuel Daoud. "Cette famille est détenue illégalement et de façon arbitraire, et il y a une privation de soin et d'éducation".


"C'est inhumain"


Pascale D. affirme que sa fille et ses quatre enfants, âgés de 10 ans, 7 ans, 5 ans et 18 mois, sont détenus par les forces kurdes dans le camp d'Al Hol, en Syrie dans des conditions inhumaines, sans eau potable, sans médicaments.... Elle se bat depuis des mois pour qu'ils soient rapatriés en France"Les femmes ne combattaient pas, explique-t-elle à franceinfo. Ma fille doit être jugée, mise en prison certainement et rendre des comptes, mais elle ne mérite pas de mourir, déplore Pascale D. Il faut les soigner, les sauver, c'est inhumain. C'est comme si c'était la loi du talion, on veut leur faire payer tous les attentats qu'il y a eu." 

La fille de la Nordiste est partie en Syrie il y a 4 ans avec un djihadiste. Elle est aujourd'hui âgée de 31 ans.
 
Témoignage. Les petits-enfants de Pascale sont coincés en Syrie

Pascale D. affirme que le temps presse. C'est pour cette raison aussi qu'elle porte plainte. Selon ell, un petit garçon français de douze ans serait mort dans le camp la semaine dernière. Un événement qui a renforcé Pascale dans sa détermination à agir : "J'ai peur qu'il arrive quelque chose à ma fille où à mes petits enfants". 
 

 

Sur le même sujet

Raymond Froment lance une souscription pour la réfection de l'horloge du clocher

Les + Lus